1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Lactalis : pourquoi les producteurs de lait vont manifester devant le siège de l'entreprise
1 min de lecture

Lactalis : pourquoi les producteurs de lait vont manifester devant le siège de l'entreprise

ÉCLAIRAGE - L'industriel est accusé de tirer systématiquement les prix vers le bas. En deux ans, le prix payé aux éleveurs a chuté de près de 30%.

Des vaches laitières dans une exploitation française (image d'illustration)
Des vaches laitières dans une exploitation française (image d'illustration)
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Lactalis : pourquoi les producteurs de lait vont manifester devant le siège de l'entreprise
01:23
Lactalis : pourquoi les producteurs de lait vont manifester devant le siège de l'entreprise
00:56
Lactalis évoque "une crise de surproduction laitière"
01:15
Virginie Garin & La rédaction numérique de RTL

Les producteurs de lait n'en peuvent plus. Ils vont manifester ce lundi 22 août au soir à Laval, devant le siège du groupe Lactalis, numéro un mondial des produits laitiers. L'industriel est accusé de tirer systématiquement les prix vers le bas. En deux ans, le prix payé aux éleveurs a chuté de près de 30%, bien en dessous de leurs coûts de production. Au micro de RTL, Michel Nalet le porte-parole de Lactalis a préféré évoquer "une crise de surproduction laitière" pour expliquer la baisse systématique des prix.

Une ferme de taille moyenne va perdre cette année 40.000 euros. Des quotas européens limitaient la production et ont été supprimés. En Pologne ou en Irlande, tout le monde s'est mis à produire plus avec, là-bas, des coûts de main-d'œuvre plus faible. Résultat :  il y a désormais trop de lait en Europe et les Français ne sont plus compétitifs.

Quand un éleveur breton ou normand va livrer son lait, Lactalis lui propose le prix européen, sinon l'industriel menace d'aller acheter ailleurs. Pourtant, il existe des solutions, comme l'expliquent les syndicats : renégocier une Europe agricole qui fasse remonter les cours. Certains industriels jouent le jeu et payent un peu plus cher pour avoir la garantie de garder leurs éleveurs près de chez eux et de les fidéliser. Ils contrôlent aussi la qualité de leur lait. Un effort que les grands groupes auraient intérêt à faire. Selon les syndicats, ils ont les moyens : ils ont fait cette année des bénéfices records.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/