1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Jean-Claude Maillard décoré du Grand prix de l'audace créatrice par François Hollande
1 min de lecture

Jean-Claude Maillard décoré du Grand prix de l'audace créatrice par François Hollande

REPLAY - Bénédicte Tassart met en avant la réussite avec aujourd'hui le patron de Figeac Aero qui est parti de rien et est aujourd'hui à la tête d'une solide entreprise.

Fleurs Pois & Cie : la lingerie redécouvre le made in France
Fleurs Pois & Cie : la lingerie redécouvre le made in France
Crédit : Maxime Villalonga
Jean-Claude Maillard décoré du Grand prix de l'audace créatrice par François Hollande
02:22
Bénédicte Tassart

Jean-Claude Maillard 58 ans, patron de Figeac Aero a reçu des mains du président de la République, le Grand prix de l'audace créatrice après avoir été choisi par un jury composé de grands patrons. Il est de Figeac où il a joué au rugby jusqu'à l'âge de 30 ans et il a décidé de créer son entreprise aéronautique à 32 ans, pas loin de la ferme familiale. 

Il voulait se sentir libre, créer une chose à lui, laisser une trace. Il y a placé toutes ces économies, 120.000 francs à l'époque en 1989. Figeac Aero vaut aujourd'hui 500 millions d'euros. Il apporte la structure de l'avion, son squelette en métal, tout ce qui se trouve sous les habillages. Il va fournir en exclusivité les futurs carter des Boeing 737 et des Airbus A320. 

Je travaille 14h par jour, 6 jours et demi par semaine, ça a été difficile

Jean-Claude Maillard 58 ans, patron de Figeac Aero

"La première semaine j'étais tout seul" plaisante-t-il. 800 salariés en 2012, 2.300 l'année prochaine. Il a racheté une usine il y a quelques mois dans le Kansas et une autre est en train de sortir de terre toujours à Figeac. Elle sera entièrement robotisée. "J'ai hésité à délocaliser, j'ai préféré investir", a-t-il confié à RTL. 
Un très beau parcours qui a été difficile. Il l'a expliqué lors de la remise de son prix à l'Élysée. "Je travaille 14h par jour, 6 jours et demi par semaine, j'ai négligé ma famille, ça a été difficile. J'ai pris un redressement fiscal de la moitié de mon chiffre d'affaire la deuxième année après avoir démarré. J'ai connu trois crises aéronautiques."

Aujourd'hui il prend un peu plus de temps pour lui, pour sa passion de l'art contemporain et pour profiter de la campagne qu'il aime tant dans le Lot.  

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/