1. Accueil
  2. Actu
  3. Eco Conso
  4. Hausse du prix du gaz : faut-il, dès à présent, changer de contrat ?
3 min de lecture

Hausse du prix du gaz : faut-il, dès à présent, changer de contrat ?

Avec la fin du bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement pour le 1er janvier 2023, certains et certaines aimeraient continuer à faire des économies sur leur facture.

Une plaque de cuisson au gaz (image d'illustration)
Une plaque de cuisson au gaz (image d'illustration)
Crédit : Eric PIERMONT / AFP
Alimentation : comment expliquer la pénurie de moutarde ?
00:09:18
Cuisine : comment faire sa moutarde maison ?
00:09:33
Flavie Flament & Capucine Trollion

Depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le prix du gaz explose. Si pour le moment le bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement protège les consommateurs, il ne sera pas éternel et une forte hausse du prix du gaz est redoutée  en 2023. Faut-il dès à présent se pencher sur son contrat gaz et envisager de le changer ? 

On sait que la Russie, c'est le principal fournisseur de gaz de l'Union européenne. Cependant, la France n'est pas très dépendante du gaz russe. "Le gaz, c'est la troisième source d'énergie en France. Il représente 16 % de notre consommation totale d'énergie, derrière le nucléaire et le pétrole. Et sur la totalité du gaz que nous importons, la part du gaz russe, c'était 17 %, très loin derrière la Norvège, notre principal fournisseur. Et on en a d'autres :  les Pays-Bas, l'Algérie qui acheminent leur gaz en France. ", explique Armelle Lévy, journaliste conso à RTL  dans Nous Voilà Bien !

"À l'échelle de l'Union européenne, 40 % du gaz provenait de la Russie. Et comme l'Europe est toujours bien dépendante du gaz russe, le trou est très difficile à combler. On trouve du gaz, mais il est très cher car il est plus rare, donc la pénurie fait monter les prix", détaille Armelle Lévy.

Le bouclier tarifaire prendra fin le 1er janvier 2023

Le bouclier tarifaire qui a été mis en place par le gouvernement il y a un an, apporte une protection qui n'est pas durable, car il prendra fin le 1er janvier 2023. "Depuis novembre dernier, le tarif réglementé du gaz est gelé, ainsi que les offres des fournisseurs alternatifs qui suivent le tarif réglementé. Mais ce n'est pas le cas des offres dites indexées sur le prix de marché de gros. Donc là, vous n'êtes pas protégés, vous payer le prix fort et vous devez vite changer d'offre", explique Armelle Lévy.

À écouter aussi

Dans l'idée, après la fin du bouclier tarifaire, la facture du gaz sera, dans l'idée, calculée en fonction des revenus de chacun. "Ensuite, le gouvernement a prévu des aides ciblées pour les plus modestes, sous forme de chèque énergie. Mais ça ne compensera pas tout, parce que le gouvernement veut aussi nous inciter à consommer moins d'énergie. S'il y a moins de demande, cela fait baisser les prix sur les marchés", analyse la journaliste de RTL. 

Quels sont les contrats les plus favorables à conserver ?

"Si vous faites partie des presque 3 millions de clients aux tarifs réglementés d'Engie, surtout ne changez pas, il a ce côté fossile, il ne bouge pas trop, c'est le mieux disant. Surtout que vous ne pourrez plus y revenir une fois que vous le quittez, ce sera fini, car il est voué à disparaître en juillet 2023", décrit Armelle Lévy.

Pour les offres fixes, "vous n'êtes pas loin de 6 millions à être à l'abri des fluctuations des marchés. Et si vous l'avez souscrit l'année dernière avant l'été, alors là vous avez de la chance, vous êtes verni, c'est encore mieux que le tarif réglementé, c'est la carte gold. Surtout, n'y touchez pas, ne cédez pas aux sirènes des fournisseurs qui vous disent qu'il faut changer", conseille la journaliste de RTL. Mais attention, si votre contrat arrive à échéance, ne reprenez pas un prix fixe, il sera trois fois plus cher.

Quel est le fournisseur le moins cher en 2022 ?

"Pour l'instant, il existe des offres 3 euros moins chères que le tarif réglementé d'Engie. Je vous conseille plutôt les grands opérateurs comme Total Énergie, EDF ou d'autres offres d'Engie, car il y a de la casse chez les moins connus, moins solides, qui peuvent dire du jour au lendemain : 'On arrête'", précise Armelle Lévy dans Nous Voilà Bien ! Vous pouvez comparer les offres sur le site officiel Energie-info.

Le seul souci avec ces offres indexées sur le tarif réglementé, c'est qu'aujourd'hui c'est très bien, ils sont même moins chers. "Mais, rien ne dit que la facture ne va pas flamber de 30% du jour au lendemain, parce que n'oubliez pas qu'au 1ᵉʳ janvier, avec la fin du bouclier tarifaire, les offres vont complètement se reconfigurer. Et ces grands fournisseurs qui ont bloqué leurs tarifs pourront les dégeler de manière totalement débridée pour se rattraper", met en garde Armelle Lévy. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info