1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Emploi : les acteurs de l'automobile rencontrent Bruno Le Maire
2 min de lecture

Emploi : les acteurs de l'automobile rencontrent Bruno Le Maire

La filière automobile veut réagir au cataclysme : selon l'Observatoire de la Métallurgie, 15.000 postes vont disparaître à court terme sur les 37.500 situés en France.

Les logs de Renault, Peugeot et Citroën
Les logs de Renault, Peugeot et Citroën
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Emploi : les acteurs de l'automobile rencontrent Bruno Le Maire
03:05
Emploi : les acteurs de l'automobile rencontrent Bruno Le Maire
03:06
Bénédicte Tassart - édité par

Le dossier du diesel est sur table de Bercy ce lundi 11 mars. Grosse réunion au ministère de l'Économie de tous les acteurs de l'automobile avec les présidents de région autour de Bruno Le Maire.

Ça fait déjà un moment qu'on dit que les emplois dans la filière diesel sont menacés, depuis le dieselgate de 2015 et la mise en place de nouvelles normes environnementales. Mais là, ça s’accélère et il faut réagir face au cataclysme qui s'annonce. 

Selon l'Observatoire de la Métallurgie, 5.500 postes vont disparaître, là, tout de suite, et 15.000 à court terme sur les 37.500 situés en France. Et c'est pareil en Allemagne, c'est même encore plus préoccupant là-bas. La France et l'Allemagne sont les 2 pays qui détiennent le savoir-faire en matière de diesel. 

En France, vous connaissez les préoccupations autour de l'usine Bosch de Rodez, regardez aussi la fermeture de l'usine japonaise Ibiden à Courtenay, dans le Loiret : 320 personnes à la porte. On y fabriquait des filtres à particules. La fonderie du Poitou également : 40% de chute de ses commandes en 6 mois. Ses principaux clients, Fiat et Renault ne veulent plus de ses carters en fonte pour moteurs diesel. Ce sont 400 emplois dans la balance, la Fonderie du Poitou a demandé son placement en redressement judiciaire 

L'arrivée de l'électrique : une solution ?

À lire aussi

Les sous-traitants sont en difficulté mais les constructeurs se portent mieux. Renault et PSA ont plus d'argent à investir pour se reconvertir. PSA Tremy en Moselle annonce une nouvelle ligne de fabrication de moteurs électrique, Renault à Cléon a également les moyens de changer de cap. C'est vrai que c'est plus difficile pour les PME et les ETI, les entreprises à taille moyenne

Avec l'arrivée de l'électrique, qui va remplacer le diesel, on pourrait croire que la solution est toute trouvée. Mais non, et tout s'explique par une seule équation : il faut 7 fois moins d'ouvriers pour réaliser un moteur électrique que pour un moteur diesel. Les composants électriques sont moins exigeants à produire et le temps d'assemblage est plus rapide. Et les nouveaux métiers qui sont en train de se développer (bobineurs, câbleurs) ne seront pas accessibles à tous les salariés désireux de se convertir.

Bercy voulait revaloriser le diesel, les nouveaux véhicules diesels, moins polluants, en leur attribuant la vignette Critair 1, mais le ministère de la transition Écologique a dit non. Il faut donc investir davantage dans la reconversion, on suivra ça aujourd'hui chez Bruno Le Maire

Les plus

La croissance française plus forte que la croissance moyenne de la zone euro : 1,3% contre 1%. Nous nous portons mieux car nous exportons moins et que le gouvernement a débloqué 10 milliards d'euros de pouvoir d'achat à la suite du mouvement des "gilets jaunes". 

La marque de jeans Diesel est en faillite aux États-Unis. Pour la première fois, les joggings, les leggings, les pantalons de yoga sont plus vendus que les bons vieux jeans.

La note du jour

8/20 pour les emplois francs d'Emmanuel Macron. 4.300 signés seulement. Objectif 2019 : 40.000 signatures pour subventionner les embauches dans les quartiers défavorisés.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/