1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. ÉDITO - Élisabeth Borne : comment réduire la dette avec autant de dépenses annoncées ?
2 min de lecture

ÉDITO - Élisabeth Borne : comment réduire la dette avec autant de dépenses annoncées ?

Dans son discours devant l'Assemblée, la Première ministre s'est engagée mercredi à réduire la dette et le déficit avant la fin de son mandat tout en promettant une série de mesures très couteuses.

Elisabeth Borne a prononcé sa déclaration de politique générale ce mercredi à l'Assemblée nationale..
Elisabeth Borne a prononcé sa déclaration de politique générale ce mercredi à l'Assemblée nationale..
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Borne : l'équation impossible
00:03:16
L'ÉCO AND YOU - Borne : l'équation impossible
00:03:16
Martial You - édité par Baptiste Marin

Une équation presque impossible. Dans son discours devant l'Assemblée, Elisabeth Borne a égrainé une série de mesures qui pourraient coûter au pays. "Il y a beaucoup plus de dépenses que de recettes dans ce discours, la tâche ne sera pas simple", confiait un proche d'un des ministres à Bercy. 

Les mesures liées au pouvoir d'achat devraient coûter 25 milliards d'euros. La baisse des impôts de production et des charges des entreprises seraient une dépense supplémentaire d'au moins 8 milliards. La fin de la redevance audiovisuelle nécessitent un chèque de plus de 3 milliards. La Première ministre a aussi évoqué une revalorisation salariale pour les professeurs pour un coût total de 6 milliards. Et la future renationalisation d'EDF coutera aux alentours de 7 milliards. Et quand vous devez gouverner par compromis ou consensus, en général, le coût augmente. 

Une réforme des retraites annoncée

La réforme des retraites a été confirmée par Elisabeth Borne. Mais on ne sait pas encore à quel prix. La Première ministre a mis du papier bulle autour de cette réforme. "Pas de prendre ou à laisser mais indispensable" a t-elle indiqué mercredi devant l'Assemblée. Des compromis devront encore être faits, notamment après concertation avec les partenaires sociaux. 

La borne des 65 ans pourrait encore créer des blocages. Mais cette borne devrait rapporter 17 milliards d'excédents budgétaires à terme. On cotise plus longtemps alors qu'on touche sa pension retraite sur une durée plus courte. Et les compromis risquent de réduire ce gain. Problème, cette annonce de la Première ministre est la seule véritable économie annoncée mercredi

À écouter aussi

Elisabeth Borne semble miser sur le plein emploi et sur la croissance. L'an dernier, la croissance de 7% a permis de dégager 30 milliards de rentrées fiscales supplémentaires. Selon les prévisions de la Banque de France, la croissance devrait s'élever à 2,3% en 2022, 1,2% en 2023. Une stabilisation autour des 7% est annoncée pour le chômage. Le coup de pouce de la croissance, liées aux cotisations, et des taxes risquent de ne pas être au rendez-vous. 

Et la crise ukrainienne ?

La France n'est pas moins bien armée pour repartir après cette crise avec la technique que j'appelle " l'économie du vieux matelas en mousse". L'économie française tombe traditionnellement de moins haut que les autres pays. La chute est adoucie par la présence de nombreux amortisseurs sociaux avec les différentes aides, primes ou chèques. Avec ce système, notre inflation est moins élevée que les autres
Mais nous restons un peu enfoncés dans notre vieux matelas. Nous rebondissons moins vite et moins haut que les Allemands ou les Anglais. Aux Etats-Unis, 48 millions d'américains ont quitté leur emploi pour cause de licenciements ou de démissions. Mais le marche du travail est plus dynamique, moins protecteur qu'en France, et ces salariés pourront retrouver plus facilement un emploi au moment de la reprise.

Le financement des mesures annoncées hier seront financées par la dette et le déficit. Ce scénario semble plausible à l'heure actuelle. La Première ministre a banni l'idée d'une hausse des impôts. Et avec la croissance incertaine des prochains mois, il sera difficile de réduire le déficit. Elisabeth Borne a parlé d'une croissance "sous les 3% en 2027" pour se laisser du temps. Le temps de faire croire à la droite parlementaire que le redressement des finances publiques est une priorité. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/