3 min de lecture Coronavirus

Crise sanitaire : les paris en ligne du PMU décollent

Le PMU semble sortir gagnant de la crise sanitaire. De nombreux clients se sont rabattus vers ses paris hippiques numériques depuis la fin du confinement.

Eco_245x300 L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Crise sanitaire : les paris en ligne du PMU décollent Crédit Image : Wendell TEODORO / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Valentin Deleforterie

C'est souvent contracyclique : lorsque la situation économique devient floue, on rêve de décrocher le jackpot. Le PMU vient de connaitre le plus beau trimestre de son histoire. Cet été, les paris hippiques ont décollé de 15% en juillet/août et de 10% en septembre. Il a franchi avec brio l'obstacle du confinement, avec aujourd'hui des mises en hausse de 8% dans les bars et de 30% sur Internet.
 
Ces statistiques semblent être de bon augure à l'approche du Prix de l'Arc de Triomphe ce week-end. Traditionnellement, la plus grande course de galop de l'année aboutit à 30% de paris supplémentaires ce jour-là. Mais elle n'a pas beaucoup d'impact sur le résultat global du PMU car ce n'est qu'une course sur les 40 qui se déroulent chaque jour tout au long de l'année. Cela permet juste de fidéliser les turfistes, voire d'en "recruter" d'autres.
 
Cette fois-ci, l'ambiance sera moins bonne que d'habitude puisqu'il n'y aura pas vraiment de public et surtout, pas de public international alors que c'est une course qui réunit traditionnellement beaucoup d'Anglais ou de Japonais.

Une tendance à la consommation en ligne

C'est aussi en cela que cette crise est atypique : dans le jeu et les paris comme dans le reste de l'économie, on bascule de façon irrémédiable vers un mode de consommation numérique. Les courses se passent de plus en plus en ligne. Le jeu ou le pari sur internet sont des gestes barrières évidents.
 
Il y a bien eu un effet confinement sur les paris hippiques, mais il devrait finalement rester assez limité. C'est une bonne nouvelle pour la filière équestre, financée par les gains du PMU. Les paris hippiques étaient en hausse de 30%, même pendant le confinement, car les courses étaient les seules qui se poursuivaient et sur lesquelles on pouvait parier.

Alors que les autres compétitions comme le football ou le basket étaient arrêtées, il y avait toujours une course de chevaux quelque part dans le monde sur laquelle les mordus de chevaux pouvaient jouer. La tendance est la même avec le poker en ligne, qui a très bien marché pendant le confinement.
 
Cette tendance n'est pas forcément avantageuse pour la Française des Jeux ou pour les Casinos. Mais l'entreprise va publier ses résultats de l'été dans 15 jours, et devrait tout de même avoir retrouvé le niveau d'avant le confinement. La FDJ est encore très dépendante des ventes de tickets dans les bureaux. Même si le jeu en ligne progresse vite, l'essentiel du chiffre d'affaire se fait en point de vente.

Sur les paris sportifs, elle reste un petit acteur qui dépend à 20% des compétitions de football. La FDJ sort donc "la tête du lot" ... Elle serait beaucoup plus sensible à un reconfinement national des bars ou des grandes métropoles.

Le plus : journée décisive dans le dossier Véolia / Suez

À lire aussi
Le ministre-président de la Région bruxelloise a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre le coronavirus Belgique
Coronavirus à Bruxelles : couvre-feu avancé à 22h et fermeture des magasins à 20h

Véolia veut racheter Suez pour faire un géant mondial de l'eau. Ce mercredi 20 septembre est le dernier jour de l'offre.

L'actionnaire de Suez, Engie, doit dire aujourd'hui s'il accepte l'offre ou pas. L'OPA est très tendue. La direction de Suez n'en veut pas et les syndicats non plus. Ils redoutent des suppressions d'emplois.

La note : mauvaise pour Disney, excellente pour la Deutsche Bank

Conséquence directe du Covid : les parcs d'attractions ont fermé puis rouvert avec des capacités d'accueil réduites. Aux Etats-Unis, les 2/3 des salariés de Disneyland sont à temps partiel.
 
De son côté, la Deutsche Bank, plus grande banque allemande, vient d'accorder un prêt de 27 millions et demi d'euros à un producteur de fromage italien de Lombardie. Elle a pris en caution 125.000 meules de parmesan et de Grana Padano. Cela représente une valeur de 70 à 90 millions, c'est mieux qu'un lingot d'or.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Courses Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants