1 min de lecture Banque

La Deutsche Bank accorde un prêt de 27,5 millions d'euros garanti en parmesan

La banque allemande a accordé un prêt de 27,5 millions d’euros à la société italienne Ambrosi en contrepartie d'une garantie de 125.000 meules de parmesan et grana padano. Une pratique sans précédent en Allemagne.

Des meules de parmesan (illustration)
Des meules de parmesan (illustration) Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

27,5 millions d’euros contre 125.000 meules de parmesan, c’est possible. La Deutsche Bank a accepté un prêt pour le moins original : l’entreprise italienne Ambrosi, un producteur de fromage de Lombardie, obtiendra 27,5 millions d’euros garantis par 125 000 meules de parmesan et grana padano, rapporte le journal économique et financier Handelsblatt et rapporté par Courrier international. Le prêt permettra au chef de l’entreprise familiale, Giuseppe Ambrosi, de "construire une nouvelle cave de fermentation pour la production de parmesan et de grana padano".

Une mesure inédite qui a pour objectif de soutenir les entreprises frappées de plein fouet par la crise économique. "Surtout, pendant l’actuelle crise pandémique, nous voulons aider nos clients à sécuriser et à développer leurs activités", a déclaré la direction de la Deutsche Bank. 

Le parmesan : un produit sûr

Il convient de noter que cette contrepartie fromagère ne constitue pas un risque important pour la firme bancaire puisque chaque meule vaut entre 550 et 740 euros, détaille le Courrier international. Par ailleurs, si ce genre de contrepartie est impossible pour d’autres marchandises, le parmesan représente un produit sûr. De fait, il s’agit d’un "aliment relativement standardisé et de longue conservation": il est plus facile à revendre si la situation devait se dégrader. 

La Deutsche Bank n’est pas la première banque qui applique une telle pratique. Depuis 1953, la banque italienne régionale Credito Emiliano propose ce genre de contrepartie bancaire en parmesan, une stratégie financière qui a fait l’objet d’une étude de cas de la prestigieuse Harvard Business School intitulée "Banking on Cheese".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Banque Consommation Économie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants