1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. Covid-19 : faut-il taxer les riches à la sortie de la crise ?
4 min de lecture

Covid-19 : faut-il taxer les riches à la sortie de la crise ?

Alors que la France lance sa campagne d'imposition, le FMI met l'idée sur la table pour sortir de la crise.

Non, le FMI ne prêtent pas qu'aux pays qui confinent les populations
Non, le FMI ne prêtent pas qu'aux pays qui confinent les populations
Crédit : AFP
Covid-19 : faut-il taxer les riches à la sortie de la crise ?
03:54
L'Eco and You - Martial You
Martial You
Journaliste

Et si on taxait les riches à la sortie de la crise ? C'est l'idée proposée par le FMI hier. Alors qu'en France on lance aujourd'hui la campagne de l'impôt sur le revenu 2021, cela va-t-il finir par nous arriver ?
 
Pour l'instant, la digue fiscale et idéologique tient. Bruno Le Maire ne cache pas qu'il a une demande de nouvelle taxe ou de hausse d'impôts tous les jours. Il résiste à ce stade mais c'est vrai que ça devient de plus en plus difficile car on sent bien que la crise a rebattu les cartes du jeu fiscal. Ça devient un consensus mondial. Le problème, c'est que taxer les riches, c'est facile, c'est pas cher mais ça ne rapporte pas forcément très gros. Au contraire.

Le FMI qui le propose, ce n'est pas un groupuscule d'extrême gauche, même si c'est souvent sa solution de sortie de crise. Le fonds avait déjà proposé en 2013 qu'on taxe les riches à hauteur de 10% de façon exceptionnelle pour renflouer les États endettés par la crise des subprimes.

Certains se sont enrichis pendant la crise

Ce qui est vrai, c'est que la pandémie a créé des tranchées. Elle a creusé les inégalités entre jeunes et séniors, entre pauvres et riches, entre économie réelle comme les commerces et économie numérique

Joe Biden, le FMI, Laurent Berger en France, de nombreuses voix (et pas forcément des enragés de la lutte sociale) sont en train de dire qu'il faut que ceux qui ont gagné de l'argent grâce au Covid-19 reversent une partie de l'argent engrangé pour les premières lignes qui ont combattu pendant la pandémie, les poilus du Covid.
 
Car, ces derniers mois, certains se sont enrichis et c'est d'ailleurs ce qui est intéressant dans la réflexion actuelle : le FMI et les Etats-Unis tiennent le même discours que la France dans le fond. Il faut taxer les particuliers mais aussi les entreprises qui ont profité de la crise.

4 nouveaux milliardaires post-Covid

On pense aux GAFA, Biden propose une taxe minimale sur les entreprises à 21%.
On l'a vu hier avec les 4 nouveaux milliardaires français ce sont des milliardaires Covid, le vaccin Moderna de Stéphane Bancel ou l'héritier d'Eurofins Scientifique, la surveillance du cloud pour les infrastructures internet avec Olivier Pamel de Datablog, les vacances en camping car et en solo avec le patron de Trigano.
 
Taxer les riches pour sortir d'une crise, cela pose beaucoup de problèmes et ça peut freiner une reprise. L'idée n'est pas nouvelle, on a un peu de recul, on ressort l'idée à chaque fin de crise.

À lire aussi

L'Italie en 1919, le Japon dans les années 40, la France mitterrandienne de 81 après le choc pétrolier qui avait créé l'Impôt sur les Grandes Fortunes, la hausse des impôts en France en 2012 qui avait entrainé une rechute de l'économie et un ras-le-bol fiscal. 

46% des Français paient l'impôt sur le revenu

François Hollande avait dû corriger le tir ce qui avait conduit à avoir moins d'un foyer sur 2 payant finalement l'impôt sur le revenu. En général, taxer les riches revient à créer de l'incertitude fiscale (et on est les champions de la discipline) et tous les foyers finissent par mettre de l'argent de côté, au cas où. Ça finit par gripper la machine.
 
"Être riche", c'est toujours très compliqué à définir. Tous les politiques qui s'y sont risqués ont pris le boomerang dans le visage. Mais, en fait, on tourne toujours autour du même revenu mensuel : environ 4.500 euros par mois pour un couple avec 2 enfants.
Le problème, c'est que l'impôt sur le revenu (que ce soit celui des particuliers ou celui des entreprises) est un symbole et un leurre.

Pour l'impôt sur le revenu des particuliers, 46% des foyers le paient, les 20% les plus riches règlent 70% de l'ardoise. Mais ce sont les 20% qui ont pu mettre de l'argent de côté au cours des derniers mois.

Encourager les épargnants à investir

Pour la taxe GAFA, vous touchez les géants américains et chinois mais aussi une pépite française comme Criteo ou les propriétaires du Boncoin, de Meetic ou Rakuten qui a repris PriceMinister en France. On attaque donc des entreprises très dynamiques et sur lesquelles, on peut compter pour la suite.
  
Peut-être qu'il faut encourager les épargnants et les entreprises à investir dans l'économie de nos entreprises et dans l'État. Un peu comme des emprunts d'Etat pour encourager l'investissement et soutenir la consommation.

Peut-être qu'il faut maintenir la taxe d'habitation pour les plus riches. Ce qui est sûr, c'est qu'il faut de la confiance. C'est ce qu'a dit le gouverneur de la Banque de France. Le vrai plan de relance, ce sera la confiance.

Le Plus : le télétravail remonte déjà

C'est un des effets de la fermeture des écoles et  le phénomène a été observé dès l'annonce d'Emmanuel Macron la semaine dernière, selon l'institut Harris Interactive qui suit ça pour le ministère du travail. Entre le 1er avril et le 4, 37% des salariés sont restés à la maison dont 15% à 100%.

La note : 2/20 au ketchup en sachet

On frôle la pénurie de ketchup en portions individuelles aux Etats-Unis, c'est ce que révèle la marque Heinz. La faute à la livraison à domicile et au Click & Collect. Cette consommation explose faute de restaurants ouverts et les fabricants n'arrivent pas à fournir la quantité de sachets de ketchup nécessaire.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/