1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Coronavirus : des prêts garantis par l'État accordés pour près de 40 milliards d'euros
1 min de lecture

Coronavirus : des prêts garantis par l'État accordés pour près de 40 milliards d'euros

INVITÉ RTL - Nicolas Dufourcq, président de la BPI, nous explique que 40 milliards d'euros de prêts garantis par l'État ont été accordés aux entreprises en difficulté.

Nicolas Dufourcq, directeur général de la Banque Publique d'Investissement (Bpifrance).
Nicolas Dufourcq, directeur général de la Banque Publique d'Investissement (Bpifrance).
Crédit : ludovic MARIN / AFP
Coronavirus : des prêts garantis par l'État accordés pour près de 40 milliards d'euros
09:33
Calvi-245x300
Yves Calvi
Animateur

Ce mercredi matin, Nicolas Dufourcq, président de la Banque publique d'investissement était l'invité de RTL. Au chevet des entreprises fragilisées par la crise économique en lien avec le coronavirus, la BPI a pour principale mission de sauver les entreprises de la faillite. "Hier soir (mardi), 251.000 entreprises avaient bénéficié du prêt garanti par l'État. Dans cette affaire, le rôle de la BPI est bien sûr de faire des prêts directs, mais c'est surtout de procéder à la garantie des grandes banques françaises.", explique Nicolas Dufourcq.

"Les banques font un travail incroyable en ce moment. Vous avez un peu près 15.000 agences bancaires qui commercialisent ce prêt garanti par l'État", ajoute-t-il. Le montant moyen des prêts accordés est de "140.000 euros", poursuit le président de la BPI. "On n'est pas loin des 40 milliards d'euros de prêts accordés et en demandes de prêts auprès des entreprises, on était ce week-end aux alentours de 60 milliards d'euros", détaille-il.

Concernant les demandes qui ont été refusées, "la fédération bancaire française, publie une statistique qui mesure à peu près 3% de refus", explique Nicolas Dufourcq. "Souvent ce sont des entreprises qui sont déjà bien fragilisées et qu'une dette abîmerait, soit déjà bien endettées, soit des entreprises qui sont en procédure collective. Il y a également des refus sur des entreprises dont les banques considère qu'elles n'ont pas besoin du PGE, parce qu'elles sont déjà assez fournies en trésorerie", ajoute le patron de la BPI.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/