2 min de lecture Écologie

Coronavirus : comment concilier port du masque et écologie ?

Masques à usage unique, lavage et séchage qui consomment de l'énergie... Le port du masque n'est pas très écologique. Quelques solutions existent pourtant pour limiter notre impact sur la planète.

Un masque par terre (illustration)
Un masque par terre (illustration) Crédit : PHILIPPE LOPEZ / AFP
Coline Daclin Journaliste

On s'en doute, le port du masque obligatoire n'est pas la meilleure chose qui soit arrivée à la planète. Les masques chirurgicaux par exemple ne doivent être utilisés qu'une seule fois. Cela fait donc beaucoup de déchets, et certains finissent dans la nature. 

Fin mai déjà, une association alertait sur le nombre de masques retrouvés en Méditerranée. Pour rappel, le fait de jeter son masque dans la nature peut vous valoir une amende de 135 euros

Mais même si ce n'est pas très écolo, il faut bien porter le masque pour limiter l'épidémie de coronavirus. Heureusement, quelques solutions existent pour limiter les dégâts. La première ? Privilégier le masque réutilisable.

L'avantage du masque lavable et réutilisable, c'est que vous n'allez pas le jeter au bout de quatre heures. Vous pouvez privilégier les masques qui durent le plus longtemps en regardant le nombre de lavages que votre masque peut supporter avant de l'acheter.

Recycler les masques chirurgicaux ?

À lire aussi
Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, le 11 juillet 2020 environnement
Les promesses jamais tenues de l’écologie

Une fois le masque acheté, il faut aussi le laver car à 60°C et le sécher. Vous allez donc consommer de l'eau et de l'électricité. Pour autant, n'essayez pas de le laver moins souvent que prévu : cela le rendrait simplement inutile. Pour limiter votre consommation, vous pouvez laver votre masque et le laisser sécher à l'air libre, plutôt qu'au sèche-linge ou au sèche-cheveux. Et en avoir plusieurs, pour alterner et faire moins de lessives.

Si vous utilisez des masques chirurgicaux, vous pouvez aussi essayer de les recycler. Quelques initiatives existent, notamment dans le Nord et dans la Vienne. Les masques sont décontaminés et réutilisés pour fabriquer d'autres choses : des visières, des attaches pour les masques, des emballages... 

Une équipe de chercheurs du CNRS, de l'INSERM, et du Commissariat à l'énergie atomique  essaie quant à elle de décontaminer les masques pour pouvoir les réutiliser tels quels, mais la technique n'est pas encore au point. 

Enfin, il existe aussi des alternatives écologiques aux masques habituels. Dans l'Yonne, une entreprise a par exemple mis au point un masque à base de chanvre, qu'on peut mettre dans le compost. Une autre, à Bayonne, a créé un masque en liège et en cuir recyclés. Michelin a aussi mis au point un masque réutilisable 100 fois. Enfin, en Suisse, des ingénieurs travaillent sur un prototype de masque en polymère biodégradable à 99%.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Coronavirus Consommation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants