2 min de lecture Emploi

Chômage en forte hausse : "La situation n'est pas bonne mais pas dramatique", selon Lenglet

ÉDITO - La France compte environ 2,7 millions de chômeurs, un chiffre en forte hausse au 3e trimestre, qui risque d'augmenter avec le reconfinement. Mais la situation aurait pu être bien pire, selon François Lenglet.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Les résultats de l'emploi salarié au 3ème trimestre Crédit Image : PASCAL GUYOT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Nicolas Barreiro

Le taux de chômage connaît une forte hausse au 3e trimestre, il est à hauteur de 9%, ce qui représente 2,7 millions de Français, hors Mayotte. C'est évidemment un rebond comparé aux chiffres d'avant, quoique ces derniers étaient assez particuliers. On peut considérer que 9% représente une photographie assez réelle de la situation française actuelle.

Rappelons tout de même que nous sommes dans une situation tout à fait exceptionnelle et qu'en comparaison, les chiffres de 2013-2014 étaient au-dessus. Malgré cette situation, on se retrouve à un niveau moindre que pendant la crise de l'euro. 

Ce qui reste assez curieux, c'est que pour ce 3e trimestre on a eu 340.000 créations d'emplois d'après les données de l'INSEE. Ce qu'il faut retenir, c'est qu'on a une situation qui n'est pas bonne mais pas non plus dramatique sur le marché de l'emploi. Cela signifie que la catastrophe annoncée par tous n'a pas eu lieu, ou pas encore du moins.

Une politique efficace

Ce qui explique qu'on ait pas si mal résisté, c'est la politique du gouvernement. Les aides massives, c'est près de 100 milliards de transferts sur l'année, plus de 100 milliards de prêts garantis, ce à quoi s'ajoute le déficit de la sécurité sociale, de l'assurance-chômage et autres, qui sont aussi des soutiens à l'activité.

À lire aussi
emploi
Paris : entre 1.000 et 2.000 manifestants ont défilé contre les plans sociaux

Tout cela a constitué un bouclier très important pour les entreprises. De plus, ce dispositif est unique au monde par rapport à l'économie française. Il faut également des choses assez malignes : ces accords d'activité réduite, qui ont été promus par le gouvernement, plus d'un millier ont été signés. 

Cela a permis d'éviter des plans sociaux car chacun prend sa part. L'entreprise paie, l'État paie et l'employé accepte de diminuer un peu son temps de travail et donc son salaire. Mais il ne faut pas en tirer des conclusions trop définitives.

Forte dégradation en vue

L'emploi va probablement se dégrader à un moment ou à un autre. Cela va sûrement avoir lieu pendant le 4e trimestre, que vous vivons en ce moment. Le reconfinement représente une économie qui va moins bien et forcément des pertes d'emploi.

Cela dit, les éléments donnés par le gouvernement et la Banque de France sont assez rassurants. L'ampleur de la récession a été décrite à moins de 12% seulement. "Seulement", parce qu'en comparaison la récession du 1er trimestre atteignait les 31% au moment du confinement. 

On a donc une récession trois fois moins profonde car les entreprises se sont adaptées. Elles ont intégré les protocoles sanitaires, ce qui a permis aux chantiers et aux usines de continuer à fonctionner. Il devrait donc y avoir moins de suppression d'emplois

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Travail Chômage
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants