1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Carlos Tavares : que disent Macron et Le Pen sur l'encadrement des gros salaires ?
3 min de lecture

Carlos Tavares : que disent Macron et Le Pen sur l'encadrement des gros salaires ?

Après la polémique sur le salaire faramineux du patron de Stellantis, que pensent les deux finalistes de cette présidentielle des rémunérations des dirigeants du CAC40 ?

Le PDG de Stellantis Carlos Tavares avec Emmanuel Macron, le 3 octobre 2018
Le PDG de Stellantis Carlos Tavares avec Emmanuel Macron, le 3 octobre 2018
Crédit : REGIS DUVIGNAU / POOL / AFP
Salaires des patrons : bonus... malus
00:04:34
Martial You

Que disent les candidats sur l'encadrement des gros salaires, et notamment ceux des patrons du CAC40 ? Cela fait suite à la polémique, mercredi 12 avril, concernant le salaire de Carlos Tavares qui dirige Stellantis, l'ex-PSA Peugeot Citroën : un peu plus de 19 millions sur l'année 2021. Parce que les ventes sont bonnes, la marge du groupe excellente, la fusion avec FIAT-Chrysler sur les rails.

Carlos Tavares a rempli tous ses objectifs. Mais 19 millions quand on sait que le salaire moyen d'un agent de production chez Peugeot, c'est 1.988 euros brut par mois. On va faire simple, en 2021, Carlos Tavares a gagné 10.000 mois de salaire d'un agent de production. C'est comme si cet ouvrier d'usine avait commencé à travailler en 1189 sous le règne de Richard Cœur de Lion.

Évidemment, la comparaison s'arrête-là. Mais c'est pour dire qu'évidemment il ne s'agit plus d'une réaction objective, assise sur les performances exceptionnelles du patron. On est sur du symbole.

"Les actionnaires ne signent plus les yeux fermés"

D'ailleurs les actionnaires n'ont pas validé la rémunération de Carlos Tavares en Assemblée Générale, mardi. C'est une tendance de plus en plus forte ces dernières années. Les actionnaires ne signent plus les yeux fermés. Ils se révoltent contre ces rémunérations très importantes. Mais le vote de mardi en Assemblée Générale n'est que consultatif. Carlos Tavares touchera son salaire.

Le vote n'est-il pas contraignant ? En France, oui. Depuis la loi Sapin 2. C'est ce qu'on appelle le "say on pay". Mais pas aux Pays-Bas. Or, Stellantis, entreprise née de la fusion entre Peugeot, Citroën, Fiat et Chrysler est une entreprise de droit hollandais.

Macron, le plus volontariste

Est-ce que Marine Le Pen ou Emmanuel Macron prévoient d'encadrer les salaires de ces grands patrons ? C'est assez peu présent dans les programmes alors que ça avait été un marqueur fort de la campagne de François Hollande. 

À écouter aussi

Emmanuel Macron va faire plaisir aux écologistes et aux mélenchonistes qu'il cherche à séduire en ce moment car c'est lui le plus volontariste sur cette question. Il souhaite que les critères de performance qui donnent droit à ces bonus et à ces salaires importants soient indexés sur des performances environnementales ou sociales. 

En gros, une politique de réduction chiffrée des émissions de CO2 ou une meilleure représentation des femmes dans l'entreprise (ce sont les critères ESG, extra-financiers). Quand ils sont atteints, on valide les bonus. L'idée est que ce soit un cercle vertueux où tout le monde y trouve son intérêt. Charité bien ordonnée, vous connaissez l'adage.

Le Pen veut taxer les plus values

Marine Le Pen ne s'attaque-t-elle pas au salaire des dirigeants de grands groupes ? Pas directement. Elle s'y attaque par le biais d'une taxation des transactions financières et d'un Impôt sur la Fortune Financière qui remplacera l'Impôt sur la Fortune Immobilière d'Emmanuel Macron qui lui-même remplaçait l'Impôt sur la fortune. 

L'Impôt sur la Fortune Financière n'est pas très détaillé dans le programme de la candidate mais disons que l'idée est de taxer les plus-values réalisées sur les marchés financiers. Elle reprendrait la grille de l'ISF donc on peut supposer que vous êtes taxés à 0,5% au delà de 800.000 euros de plus value annuelle.
 
Mais cela touche-t-il la rémunération des patrons ? En effet. Parce que vous avez souvent une grosse part variable dans ces rémunérations. Une part qui est sous forme de stock-options, un paquet d'actions. Dans le cas de Carlos Tavares, vous avez deux millions de salaire fixe et tout le reste en part variable, bonus, actions : 89% de la rémunération.

Le "ruissellement" a-t-il fonctionné ?

Qui plus est, les dirigeants sont souvent actionnaires de l'entreprise avec des titres préférentiels. Cela veut dire qu'ils touchent aussi des dividendes. Cette année, les actionnaires du CAC40 devraient se partager 58 milliards de dividendes. On a battu le précédent record de 2019.


L'idée de ruissellement d'Emmanuel Macron a-t-elle fonctionné ? C'était son espoir quand il a supprimé l'ISF, mais l'effet serait inexistant à ce stade selon France Stratégie, un organisme de l'État. L'argent des transactions financières n'a pas été réinjecté dans les entreprises.

Mais, la fin de l'ISF plus la "Flat Tax" (pas plus de 30% d'impôts sur les revenus de la bourse ou du capital) ont stoppé l'hémorragie d'exilés fiscaux, ce qui est quand même un point positif pour nos finances publiques. Rappelons que les 2% de Français les plus riches représente 40% des 77 milliards de la recette de l'impôt sur le revenu. Il vaut mieux qu'ils soient chez nous.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/