1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Salaires et inflation : pourquoi les entreprises ne font-elles pas un effort ?
2 min de lecture

Salaires et inflation : pourquoi les entreprises ne font-elles pas un effort ?

La moyenne des hausses de rémunérations dans les entreprises est de 2,35%, alors qu'on en attendait plus et on nous promettait plus.

Fiche de paie en France (illustration)
Fiche de paie en France (illustration)
Crédit : AFP / MYCHELE DANIAU
Le plafond de verre des salaires
00:03:28
Le plafond de verre des salaires
00:03:28
Martial You - édité par William Vuillez

On arrive à la fin de la période des augmentations de salaires dans les entreprises. Et d'après le cabinet Deloitte, la moyenne des hausses de rémunérations est de 2,35%. On attendait plus et on nous promettait plus. On a tous en tête les discours de la rentrée de septembre aux universités du Medef, les ministres demandant des augmentations substantielles et les patrons reconnaissant qu'il faudrait faire un vrai geste en faveur du pouvoir d'achat des salariés. On parlait d'aller jusqu'à 4% d'augmentation. 
 
Finalement, on est à 2,35% c'est-à-dire quasiment le rythme habituel. Sur les 5 dernières années, on oscillait entre 1,5 et 2% de hausse. Sauf que depuis, il y a eu la crise, la reprise, la pénurie de main-d'œuvre et surtout l'inflation. L'Insee évoquait la semaine dernière une hausse de 4,5% des prix en ce moment. L'OCDE estime qu'on va encore prendre 1 à 2% dans les prochains mois. Cette hausse des prix devient insupportable et ce n'est pas à l'État de faire un chèque tous les mois pour nous aider à payer le chauffage, la facture d'électricité ou à remplir notre réservoir d'essence.
 
Alors, pourquoi les entreprises ne vont pas au-delà ? Difficile à comprendre. Pour préserver les marges car on entre dans une période d'incertitude avec la guerre en Ukraine ? C'est possible. Des DRH reconnaissent qu'il y a un frein psychologique à augmenter au delà de 2%. "On a perdu l'habitude de vivre avec une très forte inflation", disait un patron, "il faut qu'on réapprenne".

Les salaires progressent peu

C'est comme si rien ne s'était passé depuis 3 ans. Prenons les cadres : on est revenu au niveau d'avant crise (plein emploi) : 270.000 CDI ou CDD de plus d'un an. On recrute à tour de bras, des jeunes et tant mieux, on a besoin de main-d'œuvre. Mais les salaires progressent peu et les femmes cadres sont toujours beaucoup moins bien payées. Rien ne change sauf le monde autour. Alors, bien sûr, il y a des versements de primes, des aides au transport, du télétravail pour les conditions de vie, de l'intéressement... Mais ça ne répond pas à l'urgence des fins de mois.

Les entreprises ne renvoient pas l'ascenseur à l'État. Elles ont bénéficié de milliards d'aides publiques, d'avances de trésoreries qui ont permis d'éviter des faillites. Si les salaires augmentent en parallèle de l'inflation, l'effort financier est réparti entre toutes les entreprises, c'est plus léger que si c'est l'État qui paie tout. 

Les entreprises ont un rôle social à jouer

Des salariés qui ont des problèmes de fins de mois, ce sont des risques d'accidents, de grèves... On a besoin d'entreprises sociales, ça prouverait qu'on est encore une société avec des valeurs collectives. Surtout que les principales victimes de cette perte de pouvoir d'achat, ce sont les bas salaires. Tous les signaux l'indiquent. 

À lire aussi

Le rapport du Conseil d'Analyse Économique montre que les 20% de ménages les moins riches ont déjà pioché dans leur épargne et n'ont pas d'économies d'avance. Une étude Ifop/Finfrog montre que 95% de ceux qui gagnent moins de 2.000 euros par mois (ceux qui bénéficient de l'indemnité inflation de 100 euros du gouvernement) sont inquiets par la hausse des prix. 

Et pour cause, 1 sur 2 n'a déjà plus que 100 euros sur son compte au 10 du mois. Les entreprises ont un rôle social à jouer. Elles ne peuvent pas laisser décrocher leurs salariés. Elles ne peuvent pas prendre le risque d'alimenter une colère ET une misère sociale.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/