1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Canicule : quelles conséquences pour l'activité économique ?
3 min de lecture

Canicule : quelles conséquences pour l'activité économique ?

Productivité, transports, agriculture... Difficile à estimer précisément, le coût des fortes chaleurs pourrait pourtant se chiffrer à plusieurs milliards d'euros.

Un champ de maïs touché par la sécheresse dans l'est de la France (illustration).
Un champ de maïs touché par la sécheresse dans l'est de la France (illustration).
Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP
Canicule : quelles conséquences pour l'activité économique ?
04:21
Canicule : quelles conséquences pour l'activité économique ?
04:15
Éric Vagnier & Camille Kaelblen

Les fortes chaleurs et l'activité économique ne font pas vraiment bon ménage. Alors que la France fait face à une canicule depuis plusieurs jours, l'impact de ces températures élevées sur la productivité pourrait être très important.
Les conséquences de ce coup de chaud, diffuses et multiples, sont pour l'instant difficiles à chiffrer. Mais elles pourraient se compter en milliards. À titre de comparaison, le coût de la canicule de 2003 pour l'activité économique avait été évalué entre 15 et 30 milliards d'euros par un rapport sénatorial, soit entre 0,1 et 0,2 % de la croissance française.

Quoiqu'il en soit, le ministère de l'Économie regardera le sujet de très près : avec un rythme de croissance trimestriel déjà faible (0,2%), il ne faudrait pas que la canicule vienne freiner davantage l'économie française.

Baisse du dynamisme et de la concentration

Le lien entre températures et productivité est au cœur de plusieurs études, conduites notamment par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Bureau International du Travail. Conclusion de ces recherches : pour avoir une croissance optimale, il faudrait se débrouiller pour avoir toute l'année 15 degrés de température. Sinon, ce que les experts appellent "l'inertie thermique" vient perturber l'activité humaine.

Lorsqu'il fait trop chaud, et la productivité des travailleurs s'en ressent : même sans en avoir conscience, on n'a plus la même concentration, plus le même dynamisme, plus la même force physique. Un salarié en sueur, engourdi par la chaleur et constamment à la recherche de fraîcheur ne peut plus fournir la même quantité ou densité de travail qu'en temps normal. Les pauses qui se multiplient, les temps de récupération qui se rallongent, la fatigue qui s'accumule à cause de mauvaises nuits finissent forcément par avoir un impact sur le fonctionnement des entreprises et de l'économie en général.

À écouter aussi

Au niveau de la planète, les prévisionnistes estiment ainsi qu'à l'horizon 2030, 2.000 milliards de dollars s'évaporeront chaque année sous l'effet du réchauffement climatique.

L'agriculture et le BTP fortement impactés

Au-delà de la productivité individuelle de chaque salarié, certains secteurs sont aussi directement impactés par la canicule. C'est le cas de l'agriculture, puisque les fortes chaleurs se doublent en général d'une sécheresse. Les récoltes, les moissons sont amputées, ce qui déstabilise les marchés agricoles. C'est ce qui se passe actuellement pour le blé notamment. Pas sûr que la hausse des cours compensent en terme de revenus la baisse des quantités récoltées.

La chaleur accablante a aussi une effet sur les vaches : elles produisent moins de lait, jusqu'à 2 litres en moins par jour. Mutiplié par le nombre de têtes du troupeau, cela se transforme vite en un manque à gagner conséquent pour l'éleveur.

Autre secteur impacté : le BTP. Les chantiers tournent au ralenti car on ne peut pas couler de béton quand il fait trop chaud, on ne peut pas travailler sur les toits en plein soleil.

Le nucléaire et le secteur ferroviaire au ralenti

En cas de canicule, certains réacteurs nucléaires sont également arrêtés afin que les rejets d'eau tièdes utilisés pour refroidir les centrales ne fassent pas monter la température des fleuves au delà d'un certain seuil, ce qui menacerait directement la survie des poissons et de la végétation aquatique. Pour EDF, ce sont des capacités de production en moins et donc du chiffre d'affaire qui ne se fera pas à l'exportation.

La SNCF est quant à elle obligée de ralentir ses trains pour ne prendre aucun risque car sous la chaleur, les rails peuvent se dilater, se déformer et les fils caténaires se détendre. Des trains qui freinent, ce sont des salariés qui arrivent en retard au travail : on en revient au sujet de la productivité et de l'efficacité sous météo caniculaire.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/