1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Automobile : une arnaque aux pièces détachées de la part de Renault et PSA ?
1 min de lecture

Automobile : une arnaque aux pièces détachées de la part de Renault et PSA ?

Selon "Mediapart", PSA et Renault auraient artificiellement gonflé les prix de pièces détachées dites "captives".

La nouvelle Peugeot 308
La nouvelle Peugeot 308
Crédit : PSA
Automobile : une arnaque aux pièces détachées de certains constructeurs ?
02:10
Florian Martin

Une nouvelle qui fait trembler l'automobile en France. Deux groupes automobiles auraient triché sur le prix de certaines pièces détachées, selon Mediapart. PSA et Renault auraient secrètement et artificiellement gonflé les prix de pièces détachées dites captives. Les pièces captives dans le jargon automobile, sont pour la majorité des pièces de carrosseries.


Or pour ce genre d'éléments, les constructeurs ont le monopole, ils fixent eux même les prix et il peut paraître tentant d'augmenter les tarifs afin d'augmenter sa marge. Dans cette affaire on parle de 15 % en plus par rapport aux tarifications normales.

Cependant, PSA et Renault contestent totalement l'information. Mais si elle est avérée, elle pourrait s'expliquer assez simplement. Les deux groupes utilisent le même logiciel de gestion appelé Partneo. Or ce dernier serait très facilement modifiable, de plus, au vu du nombre important de pièces à gérer l'augmentation des tarifs pourrait passer presque inaperçue.

Un dossier déjà épluché par l'autorité de la concurrence

Un exemple simple : le rétroviseur des Clio III, qui coûte 10 euros, revendu déjà huit fois plus cher à 79 € à la base, monte à 165 euros avec ce logiciel. Au niveau mondial, Renault et PSA auraient généré 100 millions d'euros de profit par an, soit un total de 1,5 milliards d'euros.

À lire aussi

De plus si on remonte dans le temps, ce type de problème n'est pas nouveau. L'année dernière, l'autorité de la concurrence a déjà épluché le dossier, sans donner suite, faute d'éléments. Elle recommande néanmoins depuis 2012 la fin du monopole des constructeurs sur ces pièces détachées. En définitive, cette rumeur, ajoutée aux traces laissées par les derniers scandales du diesel, risque d'écorner un peu plus l'image des constructeurs.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/