1 min de lecture Télévision

"On n'est pas couché" : Carlos Ghosn, "8 minutes dans la malle", selon Régis Arnaud

Sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché" du 1er février, les journalistes Yann Rousseau et Régis Arnaud ont raconté la fuite du Japon de Carlos Ghosn, et en ont dit plus sur le désormais fameux épisode de la malle.

Le journaliste Yann Rousseau sur le plateau d'On est pas couchés
Le journaliste Yann Rousseau sur le plateau d'On est pas couchés Crédit : Capture d'écran Twitter / ONPC
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Samedi 1er février, les journalistes Yann Rousseau et Régis Arnaud, auteurs du livre Le Fugitif, les secrets de Carlos Ghosn, étaient sur le plateau de On est pas couché pour raconter la fuite rocambolesque de l'ancien PDG de Renault-Nissan du Japon.

"On veut en savoir plus sur la malle, est ce qu'il y avait des trous pour qu'il respire, est ce qu'il en sortait de temps en temps?", a demandé Laurent Ruquier aux deux auteurs, sur un ton mi-amusé, mi-séreux.

Pour quitter le territoire japonais sans se faire repérer par la police ou les douanes, Carlos Ghosn se serait effectivement glissé dans une grande malle, le temps de parcourir la distance entre un hôtel et l'aéroport d'Osaka, le 29 décembre.

"Le matin même, deux Américains arrivent en jet à Osaka avec deux malles en disant que c'est du matériel de concert. Ils vont ensuite les déposer à l'hôtel pour que Carlos Ghosn se faufile dedans", expliquent Yann Rousseau et Régis Arnaud. L'ancien PDG aurait ensuite passé huit minutes dans le bagage, avant d'en sortir pour prendre place dans son avion privé en direction du Liban.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Barack Obama Diplomatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants