2 min de lecture Animaux

VIDÉO - Maltraitance animale : les images des dernières fermes de visons en France

L'association One Voice dévoile des images de visons en cage, parfois mutilés. Elle appelle à la fermeture des quatre dernières fermes de visons en France.

Des visons dans des cages (illustration)
Des visons dans des cages (illustration) Crédit : L214
Coline Daclin Journaliste

Âmes sensibles s'abstenir. L'association de défense des animaux One Voice dévoile des images des dernières fermes de visons en France, où les petits mammifères  sont élevés pour leur fourrure. Les images ont été prises par "des lanceurs d'alerte" et dateraient du mois d'août, selon l'association, jointe par téléphone par RTL.fr.

De 11 fermes de visons en 2017, la France est passée à 4. Elles se trouvent à Champrond en Gâtine, dans l'Eure-et-Loir, Spincourt (Meuse), Montarlot-lès-Rioz (Orne) et La Chapelle d'Andaine, en Haute-Saône. 

L'association One Voice appelle à leur fermeture, et notamment celle "en urgence" de la ferme de Champrond en Gâtine, qu'elle qualifie d'"élevage de l'horreur"

Sur les images, on peut voir des visons en cage au dessus de monticules de déjections. Ces déjections sont, selon l'association, "fortement phosphorées" et donc polluantes. Les animaux sont parfois mutilés ou adoptent des mouvements stéréotypiques

>
Les images de l'association One Voice sur les élevages de visons Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : One Voice | Date :

Un manque d'action du gouvernement ?

À lire aussi
Chevaux mutilés : "20 à 25 % des cas" sont incontestablement d'origine humaine (illustration) faits divers
Chevaux mutilés : un nouvel animal attaqué en Allier

L'association pointe aussi du doigt le risque que des visons s'échappent. "Dans les élevages, ce sont des visons d'Amérique. Ils sont considérés comme nuisibles en France car ils prennent la place des visons d'Europe, qui sont plus petits", explique Muriel Arnal, présidente de l'association, auprès de RTL.fr.

Pour One Voice, la fermeture de ces fermes est largement envisageable au regard de la situation des autres pays. "Les Pays-Bas ont décidé d’en fermer 160, la Finlande envisage de faire de même pour leurs 700 élevages", assure Muriel Arnal. "En France, on est passé en 3 ans de 11 fermes à 4. Donc qu'on ne me dise pas que c'est un problème de reconversion des agriculteurs", poursuit-elle.

Elle regrette le manque de décision de la part des autorités. Malgré les réunions sur la faune sauvage captive lancées en mars 2019 par François de Rugy, alors ministre de la Transition écologique, les mesures traînent. "On nous avait promis une annonce en septembre 2019, puis ça a été repoussé en novembre, puis en janvier 2020... Et ensuite il y a eu la Covid", raconte Muriel Arnal. 

En revanche, plusieurs pays en Europe parmi lesquels le Luxembourg, les Pays-Bas, la Belgique ou encore la Norvège ont interdit les fermes de visons. Pour pousser à la même chose en France, One Voice a mis en ligne une pétition intitulée "Stop Fourrure".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Animaux Environnement Associations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants