1 min de lecture Val-d'Oise

Val-d'Oise : un panneau de signalisation pour lutter contre la prostitution

VU DANS LA PRESSE - Sur la route D316 qui traverse Épinay-Champlâtreux (Val d'Oise), le maire du village a décidé d'installer un panneau de signalisation rappelant aux clients de travailleurs du sexe qu'ils peuvent être verbalisés.

Le maire d'Epinay-Champlâtreux (Val d'Oise) a installé un panneau anti-prostitution sur la D316.
Le maire d'Epinay-Champlâtreux (Val d'Oise) a installé un panneau anti-prostitution sur la D316. Crédit : Capture/Google
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

Une silhouette féminine penchée à la fenêtre d'une voiture, une maison avec une enveloppe et une caméra de vidéo-surveillance. Ces trois pictogrammes sont désormais visibles sur le gigantesque panneau de signalisation installé sur la route départementale D316. Une mesure destinée à lutter contre le travail du sexe, prise par le maire Les Républicains d'Épinay-Champlâtreux (Val-d'Oise), Emmanuel de Noailles.

"L'objectif du panneau est d'être dissuasif et de décourager les clients. Ça semble fonctionner puisque l'on voit moins d'allées et venues et moins les prostituées, relate l'édile dont la famille possède presque la totalité du territoire de la ville selon Le Parisien. L'idée nous est venue en faisant une recherche sur le Web. On est tombé sur l'exemple de Valence et on l'a copié". Dans cette ville de la Drôme un panneau similaire est en place depuis 2018.

Rappel de la loi

En France, depuis 2016, l'achat d'actes sexuels est puni par la loi d'une amende de 1.500 euros. C'est précisément ce que le panneau rappelle à l'aide des trois pictogrammes formels : les voitures de clients sont filmées par la caméra de vidéo-surveillance et leur plaque d'immatriculation est enregistrée. Une amende est ensuite envoyée chez eux. Ils doivent alors s'acquitter du montant, mais peuvent aussi se voir proposer un stage de sensibilisation à la lutte contre l'achat d'actes sexuels, précise Le Parisien.

Un dispositif dont le côté si explicite dérange certaines personnes. "Le panneau me met mal à l'aise parce qu'on y remarque surtout la femme dont le corps est bien sexualisé alors que celui du chauffeur vers qui elle se penche est neutre ! soulève Isabelle auprès du journal. On a l'impression que la coupable, c'est la femme, pas le client." Objet de vives protestations, le panneau a même été vandalisé. La mairie a porté plainte à la suite de l'incident.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Val-d'Oise Faits divers Prostitution
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants