1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Un cimetière de l'élite gauloise découvert dans le Val d'Oise
2 min de lecture

Un cimetière de l'élite gauloise découvert dans le Val d'Oise

Des fouilles pratiquées cet été par le Service départemental d’archéologie du Val d’Oise (Sdavo) sur un site de Bouqueval, ont permis d'exhumer seize tombes, ainsi qu'un important mobilier de l'époque gallo-romaine.

  • Une nécropole gauloise a été mise au jour par le service départemental d’archéologie du Val d’Oise (Svad).
    Une nécropole gauloise a été mise au jour par le service départemental d’archéologie du Val d’Oise (Svad).
    Crédits : ©SDAVO
  • Un important mobilier gaulois a été exhumé à Bouqueval (Val d'Oise) par les archéologues de la Sdavo.
    Un important mobilier gaulois a été exhumé à Bouqueval (Val d'Oise) par les archéologues de la Sdavo.
    Crédits : ©SDAVO
  • Au terme de trois mois de fouilles, les archéologues de la Sdavo ont mis au jour seize tombe gauloises.
    Au terme de trois mois de fouilles, les archéologues de la Sdavo ont mis au jour seize tombe gauloises.
    Crédits : ©SDAVO
Joanna Wadel

Les suppositions des archéologues de l’association Jeunesse Préhistorique et Géologique de France (JPGF), qui avaient repéré le site dans les années 1970, ont été confirmées. Une nécropole attribuée à l'élite gauloise des IIIe et IVe siècle avant notre ère a été mise au jour à Bouqueval, dans le Val d'Oise, au cours de l'été. 

C'est là, au lieu-dit "Les 60 Arpents", près d'une zone de stockage de déchets, que les archéologues du Service départemental d’archéologie du Val d’Oise (Sdavo) ont excavé durant trois mois une surface de 1.6 hectares. Ces fouilles commandées par l'État ont permis de révéler de précieux vestiges : seize tombes avec squelettes, quinze incinérations et leurs urnes, ainsi qu'un mobilier d'époque conséquent, comportant des lances, des épées ou encore des bracelets

Des découvertes inestimables dont s'est réjouit Élisabeth Tribouillard, archéologue de la Sdavo. Pour la responsable scientifique, l'état des tombes et la présence de multiples corps indique que "[...] c’était un cimetière réservé à l’élite puisqu’il n’y a notamment quasi aucun enfant, autrement impossible au vu de la mortalité infantile de l’époque", a-t-elle notamment commenté auprès du Parisien

De nouvelles connaissances sur les gaulois franciliens

Ces restes en cours d'analyse dans les locaux de la Sdavo, viennent compléter de premiers éléments retrouvés sur place dès 1976, lorsqu'une érosion du terrain "causée par la sécheresse" de cette année-là, avait permis de débusquer une "jarre éclatée", rapporte Élisabeth Tribouillard. Lors de fouilles effectuées sur place à l'hiver 1977 et à l'été 1978, deux tombes à char et douze sépultures accompagnées de nombreux objets avaient mis les archéologues de la JPGF sur la piste d'une nécropole gauloise aristocratique.

À lire aussi

Ces premières recherches, qui avaient été interrompues par le vol du mobilier, estimé aux IIIe et IVe siècle av. J-C., ont donc pu reprendre quarante-six ans plus tard. Les vestiges exhumés vont à présent faire l'objet d'un traitement, en particulier le mobilier métallique, qui doit être restauré. Un rapport de fouilles publié prochainement devrait fournir de plus amples détails sur les Parisii, le peuple gaulois qui vivait dans l'actuelle région parisienne. Il s'agira de déterminer l'importance de ce site au sein des nécropoles de ce peuple gaulois. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.