1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Tuberculose : l'IHU de Marseille dans le viseur de l'Autorité du médicament
2 min de lecture

Tuberculose : l'IHU de Marseille dans le viseur de l'Autorité du médicament

L'Agence du médicament (ANSM) souhaite "diligenter une inspection" dans l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille, dirigé par le Pr Didier Raoult, a-t-on appris ce mercredi 27 octobre.

Le professeur Didier Raoult dans les couloirs de l'IHU de Marseille, le 3 juin 2020.
Le professeur Didier Raoult dans les couloirs de l'IHU de Marseille, le 3 juin 2020.
Crédit : Christophe SIMON / AFP
Sarah Belien & AFP

L'établissement aurait "continué à délivrer" des traitements contre la turberculose", sans son autorisation. L'Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille, dirigé par le désormais controversé Pr Didier Raoult, est dans le viseur de l'Agence du médicament (ANSM). Cette dernière a annoncé ce mercredi 27 octobre qu'elle allait "diligenter une inspection au sein" de l'établissement.

Il y a quelques jours, Médiapart révélait l'IHU de Marseille menait "une expérimentation sauvage contre la tuberculose, provoquant chez plusieurs patients, dont un mineur, de graves complications". Selon nos confrères, cette expérimentation utilisait une combinaison de quatre médicaments dont l'efficacité n'avait jamais été évaluée et était menée malgré le refus de l'ANSM. L'agence du médicament doit pourtant donner son aval aux recherches qui impliquent des êtres humains.

Cette dernière n'a d'ailleurs pas tardé à réagir. Après ces révélations, l'ANSM a indiqué avoir été "alertée en mai 2021 (...) sur de possibles manquements de l'IHU de Marseille" quant à la réglementation de ces essais. "Ceci n'est pas admissible", avait-elle commenté. Ces faits ont été confirmés par l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM) ce mercredi 27 octobre. L'ANSM a par conséquent saisi le procureur de la République.

Un protocole de recherche déposé puis retiré

Face à la "gravité potentielle des faits relatés", l'AP-HM, dont dépend l'IHU, a mené une enquête interne rapide. Ce mercredi, elle a affirmé qu'un "protocole de recherche sur cette combinaison d'antibiotiques avait bien été déposé". En août 2019, précise une porte-parole, mais il avait été retiré un mois plus tard, "compte tenu des réserves émises par l'ANSM". Or, "l'IHU Méditerranée a continué à délivrer ces traitements", a expliqué la porte-parole de l'AP-HM. 

À écouter aussi

L'enquête menée par l'AP-HM confirme également que "certains" des patients traités contre la tuberculose avec la combinaison d'antibiotiques mise en cause ont été "atteints de complications rénales dont au moins un d'entre eux a nécessité une intervention chirurgicale". Sur Twitter ce lundi, le professeur Raoult avait écrit que "ces 'révélations' sont une tempête dans un verre d'eau".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/