1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Transmettre les valeurs de la République" ou arrêter d’enseigner : Blanquer fait réagir
1 min de lecture

"Transmettre les valeurs de la République" ou arrêter d’enseigner : Blanquer fait réagir

Les déclarations du ministre de l'Éducation nationale lors de la présentation de son plan de formation des enseignants à la laïcité, mardi 19 octobre, ne passent pas auprès d'une partie des concernés.

Jean-Michel Blanquer est dans la tourmente après des propos tenus lors de la présentation de son plan de formation des enseignants à la laïcité
Jean-Michel Blanquer est dans la tourmente après des propos tenus lors de la présentation de son plan de formation des enseignants à la laïcité
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Étienne Bianchi & AFP

Jean-Michel Blanquer est dans la tourmente après des propos tenus lors de la présentation de son plan de formation des enseignants à la laïcité. Le ministre de l'Éducation nationale avait estimé mardi 19 octobre que les enseignants devaient "adhérer aux valeurs de la République et les transmettre", ou sinon "sortir de ce métier".

"Lorsqu'on devient professeur, on devient fonctionnaire. Lorsqu'on est fonctionnaire de la République, on connaît les valeurs de la République et on les transmet", a souligné Jean-Michel Blanquer dans un discours devant mille formateurs, marquant la première étape d'un vaste plan de formation sur quatre ans des personnels de l'Éducation nationale à la laïcité et aux valeurs de la République.

"Si quelqu'un a un problème avec les valeurs de la République, ça peut être possible sur le plan démocratique, en tant que citoyen français, par contre ce n'est pas possible en tant que fonctionnaire de la République", a-t-il ajouté.

Tollé sur Twitter

Le ministre s'exprimait au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) devant des formateurs (professeurs, personnels de directions, inspecteurs...), qui devront ensuite former les enseignants et autres personnels dans les écoles, collèges et lycées. Il avait annoncé en juin le lancement de ce plan dès la rentrée, suivant ainsi les préconisations d'un rapport de l'ex-inspecteur général de l'Éducation Jean-Pierre Obin.
Ces propos ont provoqué la colère de membres de la communauté enseignante et de syndicats de professeurs qui y voient de la "violence". La FSU (Fédération syndicale unitaire) demande "que Jean-Michel Blanquer revienne publiquement sur ses propos insultants pour l’Ecole et les personnels qui la font vivre". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/