1 min de lecture Faits divers

Toulouse : des féministes collent des caricatures de Charb évoquant Mahomet

Ces militantes souhaitaient manifester leur droit au blasphème en placardant un millier d'affiches, trois jours après la décapitation de Samuel Paty dans les Yvelines. Elles ont été arrêtées pour "délit d'affichage sauvage".

Stéphane Charbonnier, dit "Charb", 47 ans, directeur de la publication de "Charlie Hebdo", tué le 7 janvier 2015 par les frères Kouachi dans les locaux de l'hebdomadaire
Stéphane Charbonnier, dit "Charb", 47 ans, directeur de la publication de "Charlie Hebdo", tué le 7 janvier 2015 par les frères Kouachi dans les locaux de l'hebdomadaire Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

C'est un geste militant qu'ont voulu réaliser des militantes féministes dans le centre-ville de Toulouse. Elle voulait "inonder" le coeur de la ville d'affiches reproduisant une caricature de Charb, ancien dessinateur de Charlie Hebdo assassiné par les frères Kouachi. Armées de sceaux de colle et de brosses, ces femmes ambitionnaient le collage de 1.000 affiches représentant un postérieur nu à côté de l'inscription: "Et le cul de Mahomet, on a le droit ?"

Le but ce lundi 19 octobre au soir était de faire valoir leur droit au blasphème trois jours après la décapitation à Conflans-Sainte-Honorine de Samuel Paty, un enseignant qui avait montré des caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression.

Interpellées par des passants curieux de la finalité de leur démarche, ou même agressifs, les militantes ne répondent pas ou très peu. "Il faut aller vite car ça reste une action risquée, on n'est pas là pour donner une conférence de presse", affirme à l'AFP l'organisatrice de l'action qui préfère garder l'anonymat.

"Un homme a été égorgé, en France, pour avoir montré des caricatures", lance-t-elle finalement auprès d'un badaud très insistant. Une demi-heure à peine après le début de leur action, elles ont été interpellées par des policiers et emmenées au commissariat pour "délit d'affichage sauvage", notamment sur des sites classés.

À lire aussi
Un agent de la police nationale (illustration) escroquerie
Nord : en arrêt maladie, elle détourne 500.000 euros à son entreprise

Charb avait été assassiné avec plusieurs autres dessinateurs emblématiques de Charlie Hebdo lors de l'attentat contre l'hebdomadaire satirique le 7 janvier 2015.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Charlie Hebdo Charb
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants