1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Télétravail : les Français y sont très majoritairement favorable, selon une étude
3 min de lecture

Télétravail : les Français y sont très majoritairement favorable, selon une étude

Selon le baromètre annuel de Malakoff Humanis qui compare le télétravail entre 2019 et 2020, 80% des Français sont prêts à partir sur un télétravail institutionnalisé de 2 jours par semaine.

Une mère de famille en télétravail (illustration)
Une mère de famille en télétravail (illustration)
Crédit : Photo de Anastasia Shuraeva provenant de Pexels
Les Français plutôt favorables au télétravail, selon un baromètre Malakoff Humanis
08:09
Les Français plutôt favorables au télétravail, selon un baromètre Malakoff Humanis
08:09
43. Déconfinement : le télétravail est-il la solution miracle ?
17:12
32. Coronavirus : le télétravail va-t-il accélérer la délocalisation des emplois qualifiés ?
11:27
3. Confinement : le télétravail est-il le nouveau travail à la chaîne ?
10:21
Martial You

Ce mardi, nous nous penchons sur le baromètre annuel de Malakoff Humanis qui compare le télétravail entre 2019 et 2020. On va donc mesurer l'impact qu'il a eu sur nous. Première chose : on ne rejette pas le télétravail. Et c'est ce qui est intéressant dans ce baromètre car on est passé d'un télétravail artisanal en 2019 à un télétravail industriel et massif en 2020 avant sans doute un télétravail hybride dans les prochaines années.


On a beaucoup parlé de la souffrance des télétravailleurs et, pourtant, quand on regarde ce sondage très large, on s'aperçoit qu'il n'y a que 14% des salariés qui ne veulent plus en entendre parler. Globalement, à 80%, les Français sont même prêts à partir sur un télétravail institutionnalisé de 2 jours par semaine.

Il existe cependant un sentiment de ras-le-bol, pour deux raisons. La première, c'est que cette année, il a été imposé à nous et dans un contexte anxiogène. Avec des enfants à la maison pour le premier confinement. Cela n'est évidemment pas la même chose que de travailler depuis chez soi, en ayant organisé sa vie en fonction...

Une répartition inégale

Ensuite, le télétravail est très mal réparti et il concerne des fonctions tertiaires, des employés de bureau qui souffrent souvent déjà de burn-out, de stress ou de la charge mentale comme on dit alors que dans l'industrie, on a la pression aussi mais on souffre d'abord de troubles musculo-squelettiques.

À lire aussi

C'est très nettement un employé de bureau qui télétravaille bien sûr. 62% des salariés de la banque/assurance en ce moment contre 19% dans le commerce et 17% dans l'industrie. Mais c'est logique.

En revanche, quand on regarde l'ensemble de la population active, on s'aperçoit qu'on est revenu à la normale en ce moment : 31% de télétravailleurs aujourd'hui contre 30% fin 2019. Mais on est monté à 41% au premier confinement. Et puis surtout, on est à 100% alors qu'avant c'était parfois ponctuel.

Hier, Elisabeth Borne a pointé du doigt les banques/assurances et cabinets de conseil qui ne mettent pas leurs salariés alors qu'ils pourraient, et c'est aussi un peu injuste. C'est vrai que le niveau de télétravail dans les banques a baissé au fil des mois. Vous n'avez que 20% de télétravail dans les agences par exemple mais il s'agit d'une sorte de service public, une agence bancaire dans une ville.

56% des salariés reconnaissent qu'ils sont moins efficaces en télétravail

C'est vrai que dans les sièges, il y a plus de monde qu'avant. Pour autant, c'est très difficile à gérer car il y a des injonctions un peu contradictoires. On doit télétravailler et on doit aussi permettre à un salarié de revenir au bureau s'il le souhaite. Un accord cadre a été signé mais il reste assez flou sur les conditions de travail, la prise en charge du matériel et des frais, le risque d'accident, les horaires de travail...

Mais la question cruciale est la suivante : est-ce qu'on est efficace en télétravail ? C'est le plus intéressant dans cette enquête. 56% des salariés interrogés reconnaissent qu'ils sont moins engagés et moins efficaces quand ils sont chez eux. On s'aperçoit aussi que les managers sont beaucoup plus réticents par rapport au télétravail que les salariés. Tout cela explique peut-être pourquoi le télétravail a encore du mal à se généraliser en France.

Le plus

Le patron de Huaweï lance un appel à Joe Biden. L'entreprise de télécom chinoise a beaucoup souffert du mandat et a été placée sur la liste noire des entreprises qui ne peuvent pas se développer en Amérique. Le fondateur a donc espéré une politique d'ouverture de la part de l'administration Biden tout en rassurant sur la bonne santé de son entreprise qui continue à se développer notamment en Afrique.

La note : 18/20 à nos Licornes

Ces entreprises qui dépassent le milliard de  capitalisation boursière. C'est le cas de la société financière Mirakl. Et c'est dans les locaux de cette startup que Cédric O, le secrétaire d'Etat au numérique a annoncé la liste des entreprises qui figurent dans le Next40/Next120, un CAC40 des startups. Certaines entreprises entrent et d'autres sortent. C'est le cas du "Slip Français" qui sort de cet indice et c'est un peu injuste car son PDG s'est battu pendant toute l'année 2020 pour structurer une filière en France pour fabriquer des masques dans le pays.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/