2 min de lecture Solidarité

Tarn : Philippe Cros, épicier ambulant, lance un appel aux dons

REPORTAGE - L'épicier ambulant qui sillonne la Montagne Noire dans le Tarn, lance un appel aux dons pour financer son camion. Sans aide, il serait contraint d'abandonner les retraités qui s'approvisionnent auprès de lui.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Tarn : Philippe Cros, épicier ambulant, lance un appel aux dons Crédit Image : Patrick Isson/RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Patrick Isson édité par Louis Chahuneau

Philippe Cros est dos au mur. L'épicier ambulant du Tarn et de l'Aude risque de stopper son activité, sans financement pour acheter un nouveau camion. Celui qui sillonne le secteur de la Montagne Noire, lance aujourd'hui un appel à l'aide.

Dans cette zone de hameaux et de petits villages, il faut dire que la disparition de l'épicier serait dramatique pour des populations le plus souvent âgées et sans moyens de déplacement.  

À Roquerlan, 12 kilomètres au dessus de Mazamet dans le Tarn, un vent glacial balaie le hameau qui paraît désert. À l'arrivée du camion, comme chaque vendredi quelques habitants apparaissent, comme Reine, née ici il y a 90 ans : "Mon mari avait le permis, mais maintenant il ne peut plus conduire. Heureusement que Philippe est là, il apporte tout." 

Philippe Cros est devenu indispensable pour de nombreux anciens, pour qui la maison de retraite ne serait pas loin, s'il devait arrêter. Cette situation le désespère : "J'ai des enfants qui m'appellent pour me remercier de ce que je fais pour leurs parents, et c'est pour ça que je me bats. La plupart de ces gens-là, ça fait 19 ans que je les sers, je n'ai pas le droit de les laisser tomber".

Des clients de l'épicier viennent s'approvisionner
Des clients de l'épicier viennent s'approvisionner Crédit : Patrick Isson/RTL

170.000 euros à trouver d'ici février

À lire aussi
solidarité
Migrants : "École des sans École" se bat pour scolariser les mineurs isolés

Malheureusement l'épicier doit trouver une petite fortune pour s'équiper d'un nouveau camion, car l'actuel a été victime du confinement, comme l'explique ce dernier : "Je suis passé à quatre fois ce que je faisais. J'ai un peu trop chargé le camion, car le matin je partais avec 3 tonnes de fruits et légumes, et le châssis a légèrement vrillé. Comme c'est un poids lourd, il est soumis au MIN chaque année, et il y a des chances qu'au mois de février l'année prochaine, ça ne passe pas".

Mais il y a urgence pour pouvoir acheter un camion tout équipé dont le coût est de 170.000 euros. Il manque encore beaucoup d'argent : à ce jour 9.000 euros de dons ont été récoltés. Si l'épicier devait arrêter ce serait aussi une catastrophe pour lui, la fin d'une belle histoire avec ses 400 clients, souvent perdus dans leur montagne, et qu'il considère comme une véritable famille. D'ailleurs, pour ne pas les quitter il n'a pas pris de vacances cet été.

"Les vacances, c'est secondaire, on en prendra à la retraite. On doit montrer l'exemple auprès de ces gens-là. Je suis tellement bien accueilli", explique-t-il. Evidemment tout le monde est aujourd'hui à ses côtés : "J'essaye de venir pour l'aider un peu. Je fais ce que je peux avec mes moyens. J'ai pris des yaourts, de la charcuterie et du fromage chez lui", raconte une cliente.

Avec son épicerie ambulante joliment baptisée "Au panier d'ange", Philippe espère pouvoir sillonner encore très longtemps ces hameaux et villages de la Montagne Noire. Vous pouvez d'ailleurs aider cet épicier en le joignant sur son compte Facebook : "Philippe Cros" à Aiguefonde (Tarn).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Solidarité Tarn Montagne
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants