1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Confinement : pour les gardiens de phare, la vie a peu changé
1 min de lecture

Confinement : pour les gardiens de phare, la vie a peu changé

Au phare de Cordouan, en Gironde, les gardiens s'adaptent aux règles sanitaires pour accueillir les visiteurs.

Benoit Genouvrier, le gardien du phare de Cordouan
Benoit Genouvrier, le gardien du phare de Cordouan
Crédit : Denis Granjou / RTL
Confinement : pour les gardiens de phare, la vie a peu changé
05:32
Confinement : pour les gardiens de phare, la vie a peu changé
05:32
micro generique
La rédaction de RTL - édité par Chloé Richard-Le Bris

Retour au phare de Cordouan, au large de l’estuaire de la Gironde, à la rencontre des gardiens. La crise sanitaire n’a pas changé grand chose à leur vie. On pourrait croire qu’à 7 kilomètres de la côte on est toujours plus ou moins confiné, mais en fait le phare a une vie assez intense en temps normal, avec notamment des ouvriers, des compagnons qui se relaient pour les travaux de rénovation quasi quotidiens. Et cela dure depuis plusieurs années.

Mais, comme nous le confirme Benoît Genouvrier le gardien du phare, tout ça s’est arrêté : "Il y avait vraiment quelque chose de flippant parce qu’il n’y avait aucun bateau, aucun avion, ni quoi que ce soit, il n’y avait pas un bruit nulle part, jamais. Il fallait établir des choses pour  qu’on puisse vivre quand même. Les gars ont fini par remonter qu’à 3 personnes avec tout un protocole spécial avant de pouvoir monter. Et puis les travaux ont repris, mais ils ne vont pas finir tout ce qu’ils devaient faire cette année, c’est vraiment remplacer les derniers cailloux là où il y avait les trous." Et, accessoirement, enlever les échafaudages pour permettre aux visiteurs de circuler sans danger.

Un phare qui est désormais accessible aux visiteurs depuis une quinzaine de jours, une belle balade pour les touristes. Mais même au milieu de l’eau, il faut toujours s’adapter aux règles sanitaires d’après covid et même si la fréquentation du phare va rester quasiment la même  : "Les plus grosses journées avant, on arrivait à recevoir 300 personnes sur une visite, et là on va recevoir quand même jusqu’à es quotas de 250, par jour et par marée."

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/