1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Tarn-et-Garonne : 6.000 patients sans médecin à cause de lenteurs administratives
1 min de lecture

Tarn-et-Garonne : 6.000 patients sans médecin à cause de lenteurs administratives

Dans le Tarn-et-Garonne, un couple de soignants algériens ne peut pas exercer à cause de lenteurs pour obtenir un visa.

Un médecin (illustration)
Un médecin (illustration)
Crédit : Online Marketing / Unsplash
Tarn-et-Garonne : 6.000 patients sans médecin à cause de lenteurs administratives
00:01:25
Patrick Tejero - édité par William Vuillez

Des milliers de personnes sont privées de médecins dans le Tarn-et-Garonne à cause de lenteurs administratives. C'est une histoire hallucinante qui se déroule dans le petit village de Parisot, où le maire a enfin trouvé un couple de soignants prêts à s'installer pour remplacer le docteur parti l'an dernier. Sauf qu'ils sont Algériens et ne parviennent pas à obtenir de visas. 

À côté de la pharmacie, il y a le centre de santé avec des bureaux vides. "Tout est prêt. Le bureau est là. La table de consultation, tous les outils, les dossiers médicaux sont là aussi", explique Alain Iches, le maire de Parisot. Par chance, il a été mis en contact avec un couple de médecins algériens. "Ils ne demandent aucune aide à l'État, ni même à la commune. Et là, on est confronté à un mur administratif qui nous empêche tout cela. Si demain on a un accord de visa, il leur faut une semaine, le temps de faire leurs valises et de venir en France s'installer", explique-t-il.

Gérard a 72 ans et n'a plus de médecin. "Je fonctionne avec une téléconsultation. Et puis si on a besoin d'un diagnostic, c'est un peu compliqué. Je ne suis pas malade, je touche du bois, mais je ne sais pas. J'irai peut-être aux urgences à Montauban ou aux urgences de Villefranche. Ça fait 20 ou 50 kilomètres", nous confie-t-il.

Grégory le pharmacien est lui très inquiet car il a constaté que certains habitants refusent de se soigner. "Des patients qui, devant une situation qui nécessiterait une consultation, restent sur place. Ils ne vont pas consulter car en soi, ils n'ont pas de solution", dit-il. Ils finissent aux urgences. Avec les villages alentours, ce sont 6.000 patients potentiels qui attendent un médecin depuis plus d'un an.  

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire