2 min de lecture Jean-Luc Bennahmias

Tanguy Pastureau : Bennahmias, le Vincent Lagaf de la politique

Jeudi soir lors du débat de la primaire de gauche, on n'a vu que lui. Jean-Luc Bennahmias a tutoyé tout le monde, a déconné, a crié, et semblait à deux doigts de se lancer dans une chenille. Il a réveillé un plateau mortifère où les autres candidats étaient en train de pioncer. Bennahmias est le nouveau nom pour Red Bull.

Tanguy Pastureau Tanguy Pastureau Tanguy Pastureau
>
Tanguy Pastureau : Bennahmias, le Vincent Lagaf de la politique Crédit Image : Elodie Grégoire | Crédit Média : Tanguy Pastureau | Date : La page de l'émission
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau Journaliste RTL

Jeudi, les 7 candidats à la primaire de gauche se sont affrontés. Mais en fait, non, ils ne se sont pas affrontés, ils se sont écoutés, avec respect, politesse, "bonjour Manuel, ça va Benoit ?, t’as l’air en forme Arnaud, je t’aime Vincent, mais que fais-tu là, Sylvia ?"

 
Jeudi c’était à chacun son tour de parler puis à l’autre de le faire, une émission à l’allemande, raide comme un ouvrier du bâtiment qui aurait chuté dans sa bétonneuse. Alors que nous, on est des latins, on veut du sang, des molards, Karine Le Marchand qui exhibe sa guêpière, on est des oufs, on a zigouillé notre roi, on a fait mai 68, on a voté Hollande, on est un pays de bipolaires, et là en politique on est passé d’un coup de DSK qui jouit à Hamon qui discute revenu universel avec de Rugy. C’est comme si à Cancun on disait aux jeunes en plein spring break "Les gars, fini le Malibu, ce soir c’est soirée Cristalline, avec Guy Roux aux platines, pour un mix spécial Berthe Sylva".
 
Résultat, on s’est ennuyé, moi au bout d’un quart d’heure j’avais même plus la force de zapper, ma femme m’a dit "T’as l’air éteint, poussin, t’as la grippe ?", j’ai répondu "Pire, je suis en train de me taper la primaire de gauche".

Un ennui mortel, à tel point que ça aurait dû passer sur Zen TV, chaîne qui diffuse des plans fixes de bambous, afin que le téléspectateur vide bien ses chakras. Même Montebourg, qui d’habitude déclame ses trois idées comme si c’était du Shakespeare, était mou. Valls, d’ordinaire remonté comme un coucou sous EPO, ressemblait à un érotomane qui au lieu de sa fiole de bois bandé aurait sifflé la tablette de Stillnox. L’un des candidats s’est tout de même distingué par sa vigueur : Jean-Luc Bennahmias.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean-Luc Bennahmias Tanguy Pastureau Bogdanoff
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants