1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Tabac : le rapport de la Cour des comptes est une "tentative de déstabilisation"
2 min de lecture

Tabac : le rapport de la Cour des comptes est une "tentative de déstabilisation"

REPLAY - INVITÉ RTL - Après le rapport de la Cour des comptes, le président de la Fédération des buralistes d'Île-de-France, de l'Oise et de Seine-Maritime hausse le ton.

Un buraliste présente des paquets de cigarettes neutres
Un buraliste présente des paquets de cigarettes neutres
Crédit : ALLILI MOURAD/SIPA
Tabac : le rapport de la Cour des comptes est une "tentative de déstabilisation"
06:28
Tabac : le rapport de la Cour des comptes est une "tentative de déstabilisation"
06:31
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Alors que l'État ne cesse de mettre en place une politique agressive pour lutter contre le tabac, le soutien aux débitants est largement détaillé dans le rapport de la Cour des comptes. Des dispositifs nombreux cependant pointés du doigt par la haute juridiction qui évoque des aides "insuffisamment ciblées et contrôlées". Un rapport largement critiqué par les professionnels qui y voit une "tentative de déstabilisation des buralistes". "Il y a 30 milliards d'euros qui échappent à l'État par le marché parallèle à cause des politiques spectacles mis en place depuis 2004 (...) Depuis 2 ou 3 ans, c'est 1.000 bureaux de tabac qui ferment chaque année", critique Bernard Gasq, le président de la Fédération des buralistes en Île-de-France, dans l'Oise et en Seine Maritime.

Des chiffres qui lui permettent de relativiser le montant des aides perçues : "Si demain vous enlever ces aides, ces commerces ne pourront pas vivre". Une manière pour lui de critiquer ouvertement le travail entrepris par la Cour des comptes. "Il faut prendre en compte toutes ces choses qui ne sont pas prises en compte par la Cour des comptes. Elle ne travaille qu'avec des commissions (...) Il y a des buralistes qui crèvent de faim en France".

Il y a des buralistes qui crèvent de faim en France

Bernard Gasq

Selon le rapport annuel de la haute juridiction, le chiffre d'affaires des buralistes est pourtant en nette hausse. Ainsi en 2002, on recensait 32.850 débits avec un chiffre d'affaires moyen de 447.238 euros alors qu'en 2015 les 25.492 débits réalisent un chiffre d'affaires moyen estimé à 723.778 euros.

Un chiffre guère représentatif selon Bernard Gasq alors que les bureaux de tabac frontalier ou encore dans les villages sont parfois en grandes difficultés. "Ce qu'il faudrait, c'est faire de la prévention, glisse le président de la Fédération des buralistes. Aujourd'hui, l'État est bafoué. 3 milliards par an partent et que l'État ne voit pas. Il faut une traçabilité de manière à avoir des contrôles, des sanctions qui soient fermes".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/