1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Strasbourg : la SNCF responsable du déraillement du TGV test
1 min de lecture

Strasbourg : la SNCF responsable du déraillement du TGV test

La responsabilité de l'entreprise est prouvée dans l'accident du TGV d'essai près de Strasbourg qui avait fait 11 morts le 14 novembre 2015.

Un personnel d'urgence travaille sur le chariot moteur du TGV qui a déraillé le 14 novembre 2015 près de Strasbourg lors d'un test effectué par des techniciens.
Un personnel d'urgence travaille sur le chariot moteur du TGV qui a déraillé le 14 novembre 2015 près de Strasbourg lors d'un test effectué par des techniciens.
Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Strasbourg : la SNCF responsable du déraillement du TGV test
01:26
"Ma fille est morte, j'ai plus peur de rien."
02:18
Alice Moreno & Jean-Alphonse Richard & Sarah Belien

"Ma fille est morte, j'ai plus peur de rien." Le lendemain des attentats de Paris, l'accident d'un train à grande vitesse qui a fait 11 morts et 42 blessés est presque passé inaperçu. Un rapport du parquet de Strasbourg accuse la SNCF dans le déraillement de cette rame d'essai le 14 novembre 2015 à Eckwersheim (Bas-Rhin).


Les conclusions définitives de l'enquête viennent d'être dévoilées. Les personnels chargés d'effectuer ces essais sur la ligne à grande vitesse était inexpérimentés, un manque de coordination lors des briefing où personne ne sait exactement ce qu'il doit faire. Un élément ne laisse aucun doute sur la responsabilité de la société, c'est la demande de Systra, une filiale de la SNCF, à l'équipage de procéder à des essais en sur-vitesse.

Lorsque la machine a déraillé, elle circulait à une vitesse de 10% au-dessus des capacités de la résistance de la ligne, autrement dit à 330km/h au lieu de la vitesse sur cette portion limitée à 187 km/h. Ces conclusions suscitent la colère des victimes, comme Christine, mère de Fanny, décédée à l'âge de 25 ans. Elle se demande "pour quelle raison la SNCF n'est-elle pas encore mise en examen ?"

"Vous voyez dans les gravas tous les cadavres ? Il y a celui de ma fille. (...) Ma fille est morte sans savoir les risques," déplore la mère de la victime. À ce rapport du parquet, la justice joint deux autres rapports d'experts, l'un mettait déjà en cause la vitesse excessive de l'engin et l'autre la responsabilité de la SNCF. Cette dernière et cette filiale pourraient être mises en examen en qualité de personne morale pour "homicide et blessures involontaires."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/