1 min de lecture SNCF

SNCF : à Asnières, les agents qui verbalisent le plus récompensés en bons d'achat

Le centre SNCF d'Asnières promet 250 euros de bons d'achats pour ses agents les plus zélés.

Des employés de la SNCF (illustration)
Des employés de la SNCF (illustration) Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Félix Roudaut
Félix Roudaut

Au centre SNCF d'Asnières (Hauts-de-Seine), verbaliser à tour de bras peut rapporter gros. Les agents les plus zélés se voient en effet offrir des bons d'achats. Une affiche, qui a circulé en abondance sur les réseaux sociaux, promet ainsi la coquette somme de 250 euros de chèques cadeaux au salarié ayant aligné le plus d'usagers entre le 1er octobre et le 31 décembre, révèle le Huffington Post.

Cette initiative polémique ne concerne pas les contrôleurs, mais les agents de la gare d'Asnières, desservie par les lignes L et J du Transilien. Petite difficulté du concours : seuls les coupons-comptables, à savoir les paiements par carte bancaire, sont acceptés.

"Je préférerais que les salaires des agents qui ont de nouvelles missions soient revalorisés plutôt que de lancer ce type de concours", se désole une usagère interrogée par Le Parisien. Contactée par nos confrères du Huffington Post, la direction de la SNCF assure qu'"il s'agit d'une initiative locale qui ne répond aucunement à une éventuelle consigne de la direction de l'entreprise".

Polémiques à répétition

Le centre SNCF d’Asnières n'en est pas à sa première polémique. Une affiche interne promettait l'accès à une confortables salle détente aux seuls cheminots méritants. Une condition qui n'avait pas manqué de susciter une broncha chez les syndicalistes.

À lire aussi
Des usagers du RER le 24 avril 2018, jour de grève de la SNCF transports
Île-de-France : la grève à la SNCF pourrait se poursuivre jusqu'à la fin de la semaine

"Voila comment les agents SNCF à Asnières sont traités par la direction. Une pause accordée en fonction des bons points que les chefs donnent à l'agent... Une honte @GroupeSNCF. L'esclave qui avait récolté le plus de coton avait le droit à une pause...", dénonce un cheminot dans un tweet. La encore, la SNCF a condamné "fermement une initiative purement locale", arguant que "ce management est contraire aux valeurs RD" du groupe ferroviaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
SNCF Polémique Transports
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants