1 min de lecture Tremblement de terre

Séisme en Ardèche : la piste de l'influence humaine n'est pas écartée

Dans une interview, le chercheur au CNRS Jean-François Ritz, membre de la commission d'expertise pour trouver l'origine du séisme survenu le 11 novembre dernier en Ardèche, n'a pas écarté la piste d'une origine humaine.

Une maison s'est effondrée dans un quartier du Teil, en Ardèche, après le tremblement de terre
Une maison s'est effondrée dans un quartier du Teil, en Ardèche, après le tremblement de terre Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

Le 11 novembre dernier, la terre a tremblé en Ardèche. Le séisme, qui a fait de nombreux dégâts et plusieurs blessés, a suscité des interrogations auprès des chercheurs. Une mission d'expertise a été lancée par le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) "dans le but de faire la lumière sur ce phénomène sismique et sur ses origines". 

Si les premiers résultats ont considéré l'origine comme "naturelle", l'influence de l'activité humaine n'a finalement pas été écartée, a expliqué à l'AFP Jean-François Ritz, chercheur au CNRS et membre du groupe de travail sur le sujet. 

"On ne peut pas écarter totalement cette hypothèse. Il y a certaines données qui peuvent suggérer une corroboration entre la nucléation du séisme et la présence d'une carrière au-dessus de la faille. Il y a d'autres données qui suggèrent que l'épicentre n'est pas exactement à cet endroit-là, donc c'est quelque chose qui est encore en débat, qui devrait pouvoir être précisé prochainement avec des mesures supplémentaires", a-t-il déclaré. 

Un séisme atypique

Jean-François Ritz a rappelé que ce séisme est "atypique en France parce qu'il s'est produit à une très faible profondeur pour une magnitude 5, inférieur à un kilomètre" et qu'il "a produit extrêmement peu de répliques" soit "moins d'une dizaine alors qu'on aurait pu s'attendre à une centaine de répliques de magnitude 3". 

À lire aussi
Des conteneurs dans le port de Brest (illustration) séisme
Les infos de 7h30 - Finistère : un tremblement de terre de magnitude 3,8 ressenti à Brest

Enfin, le séisme du Teil a cassé la surface sur une longueur de 4,5 kilomètres ce qui est "du jamais vu dans les 100 dernières années en France". "La dernière rupture de surface connue a été constatée lors du séisme de Lambesc (Bouches-du-Rhône) en 1909 (mesuré à l'époque à 6,2)", a-t-il déclaré. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tremblement de terre Séisme Ardèche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants