2 min de lecture Seine-et-Marne

Seine-et-Marne : la colère d'habitants privés de pont depuis plus de cinq ans

REPORTAGE - Deux ponts défectueux de Damartin-sur-Tigeaux, en Seine-et-Marne, sont fermés aux véhicules depuis plus de cinq ans. Dans la commune, l'exaspération des habitants isolés est totale.

>
Seine-et-Marne : la colère d'habitants privés de pont depuis plus de cinq ans Crédit Image : Agathe Landais | Crédit Média : Agathe Landais / RTL | Durée : | Date :
Générique 5
Agathe Landais
édité par Sarah Ugolini

Alors que le nouveau pont de Gênes vient d'être inauguré ce lundi 3 août en Italie, deux ans après son effondrement meurtrier, en France la situation est compliquée. Après l'accident du pont de Gênes, Hervé Morai, sénateur centriste de l'Eure, avait démarré une mission d'information sur la sécurisation des ponts. Le constat est lourd : 25.000 ponts seraient défectueux, c'est un pont sur dix en France.

Deux d'entre eux se trouvent à Damartin-sur-Tigeaux, en Seine-et-Marne. Ils sont fermés aux véhicules depuis plus de cinq ans. Sur place, l'exaspération des habitants est totale. Ils se sentent coupés du monde. C'est le cas de Christian, qui nous emmène devant un de ces ponts. "Devant nous on a le pont de Coude, qui est fermé depuis plus de cinq ans", explique le riverain. 

D’un côté du pont, le centre de la commune avec son café, son église, et de l’autre, plusieurs dizaines de maisons, dont celle de Christian. En réalité, il y a six ans, c’était un restaurant et il a été obligé de mettre la clé sous la porte. "En tant que restaurant, il n'y avait plus d'accès pour mes clients, tout simplement. Même pour les artisans du coin, les plombiers, électriciens tout ça, ça les oblige à faire 15-20 kilomètres de plus. Il y a cinq ou six maisons qui ont des enfants et ils font dix kilomètres de plus pour aller mettre leurs enfants à l'école", explique-t-il. 

On a été confinés bien avant les autres il y a de ça maintenant cinq ans

Gérard, habitant de Damartin-sur-Tigeaux.
Partager la citation

Ici même le facteur ne passe plus, ils ont mis des boîtes aux lettres de l'autre côté du pont. Un autre habitant de la rue, Gérard, ne masque pas non plus sa colère. "On a été confinés bien avant les autres il y a de ça maintenant cinq ans. On est habitués à la solitude. C'est : 'Débrouillez-vous faîtes le tour'", s'insurge l'habitant de Damartin-sur-Tigeaux. 

À lire aussi
Total a décidé de cesser son activité à Grandpuits en Seine-et-Marne. économie
Les infos de 6h30 - Seine-et-Marne : Total cesse son activité à Grandpuits, les 200 salariés inquiets

Et si rien n’a bougé ici depuis 2014, selon la mairie, c’est par bien manque de moyens. Les travaux coûteraient un million d’euros. Trop cher pour cette petite commune rurale qui réclame des subventions à l’État pour pouvoir rouvrir le pont.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Seine-et-Marne Automobile Mairies
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants