1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Sécurité : "Israël n'a jamais eu un attentat de l'ampleur de ce qu'il s'est passé à Paris"
1 min de lecture

Sécurité : "Israël n'a jamais eu un attentat de l'ampleur de ce qu'il s'est passé à Paris"

REPLAY - Le professeur Ilan Greilsammer explique le débat complexe entre sécurité et libertés individuelles face à la menace terroriste.

Attentats à Paris : les hommages se multiplient dans la capitale
Attentats à Paris : les hommages se multiplient dans la capitale
Crédit : JOEL SAGET / AFP
"Israël n'a jamais eu un attentat de l'ampleur de ce qui s'est passé à Paris"
05:07
Vincent Parizot & Christelle Rebière & Christophe Chafcouloff

Dans le contexte lourd des craintes d'attentats, le débat entre sécurité et libertés existe toujours et "anime toutes les sociétés démocratiques" décrit Ilan Greilsammer. Pour le professeur de sciences politiques, il y a une "tension évidente" entre des mesures à prendre pour se protéger et les idéaux démocratiques.

"C'est un dilemme qui existe et qui existera". "Il n' y a pas de solutions toutes faites" explique t-il. Au moment du bilan après les sanglants attentats de vendredi 13 novembre, le politologue précise qu'"Israël n'a jamais eu un attentat de l'ampleur de ce qui s'est passé à Paris". "Nous n'avons pas connu d’événements aussi graves." ajoute t-il.

La ligne mord plus sur les droits de l'homme qu'en France

Ilan Greilsammer

En Israël, la crainte d'attaques est devenue une "habitude" car Israël "est en guerre depuis sa création", ce qui implique des "attitudes différentes." Le professeur rappelle également que l'intensité des contrôles varie. "Ca dépend des périodes" explique t-il, précisant que "pendant l'intifada, il y avait des contrôles partout".

"D'une façon générale, les institutions sont peu gardées, mais des services de sécurité "semblent plus entraînés et plus efficaces que les services français." Sur le thème sensible des internements voire des emprisonnements de "manière préventive", Ilan Greilsammer dit qu'en Israël, "la ligne mord plus sur les droits de l'homme qu'en France". "Il y a des internements administratifs prolongés", une mesure "très critiquée" mais "les gens acceptent cela comme une nécessité".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/