2 min de lecture Environnement

Sécheresse : en quoi consistent les restrictions d'eau ?

ÉCLAIRAGE - 41 départements ont adopté des restrictions de la consommation d'eau pour faire face à la sécheresse qui touche le pays. Mais en quoi consistent précisément ces mesures et que risque-t-on à les enfreindre ?

Un tuyau d'arrosage (illustration)
Un tuyau d'arrosage (illustration) Crédit : FRANCK FIFE / AFP
WP_20170503_044%5b2535%5d
Joanna Wadel
Journaliste

Face aux chaleurs et à la réduction du débit des cours d'eau du sud des Yvelines, la préfecture a invité le week-end dernier les habitants de 32 communes du département à restreindre leur consommation d'eau. À l'instar de 41 départements français, qui comportent une zone en alerte sécheresse, et dans lesquels des mesures similaires ont été prises ce mardi 9 juillet.

Depuis le début de la période estivale, et ce malgré les orages qui sévissent encore dans certaines régions, la sécheresse gagne du terrain en France. Comme l'indique LCI, 17 départements métropolitains possèdent une zone en état de crise et ont opté pour des dispositions plus restrictives.

Le site Propluvia du ministère de la Transition écologique et solidaire, qui consulte les arrêtés de restrictions d'eau, l’état de sécheresse survient lorsque les pluies sont insuffisantes sur "une assez longue période" pour alimenter les nappes phréatiques, dont 60% avaient un niveau insuffisant début juin, précise le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM).
Lorsque des mesures de restriction sont appliquées, elles dépendent du niveau d'alerte en vigueur. L'alerte est à distinguer de la vigilance, qui n'impose aucune restriction mais invite surveiller la consommation d'eau. Propluvia détaille trois paliers qui correspondent aux alertes "jaune", "orange" et "rouge".   

Des mesures propres à chaque niveau d'alerte

Premier niveau, l'alerte jaune induit une réduction des prélèvements à des fins agricoles de moins de 50%, et des mesures d'interdiction qui peuvent concerner les activités nautiques, ou les prélèvements pour l'arrosage des jardins et des espaces verts tels que les golfs, ainsi que pour le lavage des voitures à certaines heures de la journée.

À lire aussi
Le pot d'échappement d'un véhicule diesel (illustration). auto
Pollution : les SUV, un fléau pour le réchauffement climatique

En alerte orange, les prélèvements à des fins agricoles sont limités à 50% et au-delà et peuvent également être interdits jusqu'à 3.5 jours par semaine. La limitation de l'arrosage des jardins et des espaces verts, est renforcée, le lavage des voitures et certains prélèvements peuvent être interdits.

Le niveau rouge marque l'entrée en "crise". Ce niveau est supérieur à l’alerte et implique des mesures beaucoup plus strictes comme l'arrêt des prélèvements non-prioritaires et des prélèvements à des fins agricoles, et seuls les prélèvements permettant d'exercer l'exercice des usages prioritaires sont autorisés, notamment dans les domaines de la santé, de la sécurité civile et de la salubrité. 

Que risque-t-on en cas d'infraction ?

Mais concrètement, que risque-t-on à laver sa voiture, ou arroser son jardin en cas de restriction ? La police de l'eau est chargée de faire respecter ces mesures sous l'autorité du préfet.

Comme l'indique l'article R. 216-9 du code de l’environnement, une amende vous sera adressée en cas de non-respect constaté des consignes en vigueur. Elle peut aller de 1.500 euros jusqu'à 3.000 euros en cas de récidive. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Sécheresse Eau
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants