1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Santé : quelle est cette machine qui permet aux urgentistes de repousser les limites de la vie ?
3 min de lecture

Santé : quelle est cette machine qui permet aux urgentistes de repousser les limites de la vie ?

"Paris Match" a pu suivre des professionnels en intervention avec leur nouvelle arme : Ecmo, capable de sauver des personnes en arrêt cardiaque.

Une ambulance des secours et un camion de pompiers (illustration).
Une ambulance des secours et un camion de pompiers (illustration).
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Ces urgentistes qui repoussent les limites de la vie
03:26
Ces urgentistes qui repoussent les limites de la vie
03:26
Isabelle Choquet - édité par Sarah Belien

Ecmo peut remplacer le cœur et les poumons défaillants le temps d'arriver à l'hôpital. C'est le secret de quelques urgentistes de l'extrême. Cette machine, capable d'oxygéner le sang et de le renvoyer dans l'organisme, était employée en chirurgie cardiaque. Elle peut désormais être utilisée partout. En cas d'arrêt du cœur, c'est l'opération de la dernière chance, pratiquée par quelques pionniers. Paris Match a pu suivre ces urgentistes en intervention.

Le 15 octobre dernier, dans le métro parisien, station la Chapelle, un homme de 26 ans est aux portes de la mort, en arrêt cardiaque. Ses vêtements ont été découpés par les pompiers qui ont pratiqué un long massage cardiaque. Puis l'équipe du Smur Lariboisière a pris le relais, réanimation, chocs électriques. Rien à faire… Sans oxygène, le cerveau s'éteint en quelques minutes. Reste un espoir : Ecmo.

Une machine de 20 kilos devenue portable

Développée dans le service du Pr Pierre Carli, le chef du Samu de Paris, cette technique de chirurgie cardiaque a fini par sortir du bloc. Une équipe de choc a été formée : des infirmiers anesthésistes et six médecins du Samu Necker, dont le Dr Lionel Lamhaut, l'un des deux inventeurs du dispositif mobile.

"Pour les premières interventions, dit-il, on utilisait nos voitures personnelles et la machine pesait 20 kilos ! Depuis, on l'a miniaturisée". À chaque départ déclenché par la régulation du Samu, il y a des règles strictes. "On dispose d'un délai de soixante minutes entre le malaise et l'activation de la pompe. On intervient après échec d'au moins vingt minutes de réanimation. Et parmi les critères de sélection : que l'âge soit généralement inférieur à 65 ans, qu'il y ait des signes de vie - des soupirs, des mouvements, une réaction des pupilles - et que le massage cardiaque ait été pratiqué dans les cinq premières minutes", précise le médecin.

L'Ecmo permet de sauver des gens qu'on laissait avant morts sur place, sans aucune chance d'arriver à l'hôpital

Pr Pierre Carli
À lire aussi

Une seule minute sans circulation sanguine, c'est 10 % de chances en moins de s'en sortir, et peut-être des dommages irréversibles au cerveau. Il y a près de 50.000 arrêts cardiaques chaque année en France, et 95% de décès. Grâce à l'Ecmo, le taux de survie atteint 30%. "L'Ecmo permet de sauver des gens qu'on laissait avant morts sur place, sans aucune chance d'arriver à l'hôpital, dit le Pr Carli. Des gens dont on récupérait l'arrêt cardiaque ouvraient les yeux, et leur cœur s'arrêtait à nouveau. On les tenait par la main, par un fil, et ils nous échappaient", déplore-t-il.

Une quarantaine d'intervention dans l'année seulement

Retour dans le métro. Le Dr Lamhaut est à genoux, en tenue stérile, assisté par une urgentiste de Lariboisière. Il est 14h37. L'opération peut commencer : il faut rapidement inciser le haut de la cuisse, trouver une veine et une artère, introduire les canules pour aspirer le sang, l'oxygéner via l'Ecmo, le renvoyer dans l'organisme. À 14h46, la machine est enfin branchée, elle tourne. Il n'aura fallu que neuf minutes. Dans un tuyau, on voit passer le sang sombre, dans un autre celui, le sang rouge vif, chargé d'oxygène. La circulation extracorporelle est établie, le visage de l'homme reprend peu à peu les couleurs de la vie. Un moment d'exception, un moment de grâce. Il n'y a qu'une quarantaine d'interventions de ce type dans l'année.

L'idée, c'est d'intervenir toujours plus rapidement, alors les recherches continuent. On parle de montre connectée et d'intelligence artificielle pour détecter les signes avant-coureurs d'arrêt cardiaque. L'espoir, c'est aussi une formation du plus grand nombre aux gestes qui sauvent. Il n'y a que 20 % des Français qui sont capables de réaliser un massage cardiaque, contre 80 % des Allemands. Or, sans massage cardiaque dès les premières minutes, il n'y a pas de miracle, avec ou sans Ecmo.

Les urgentistes de l'impossible... Reportage en mots et en photos dans Paris Match cette semaine.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/