4 min de lecture Salafistes

"Salafistes" : un documentaire pour ouvrir les yeux sur une "fraction de l'islam"

ÉCLAIRAGE / INTERVIEWS - Pour le co-réalisateur François Margolin, son documentaire dérange parce qu'il montre une vérité niée en France.

Le documentaire "Salafistes" est sorti dans moins de 10 salles en France et soumis à l'interdiction aux moins de 18 ans
Le documentaire "Salafistes" est sorti dans moins de 10 salles en France et soumis à l'interdiction aux moins de 18 ans Crédit : Capture d'écran
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

"Le salafisme, on ne peut pas dire que ce n'est pas l'islam". Selon Romain Caillet, spécialiste de la question terroriste, ce courant religieux est une fraction - certes minoritaire mais existante et, surtout, qui gagne du terrain - de la religion musulmane. On le voit notamment par la multiplication des différents groupes islamistes au Moyen-Orient et en Afrique. C'est cette "réalité" qu'ont voulu montrer de manière brute les co-réalisateurs de Salafistes, sorti en salles mercredi 27 janvier. Un documentaire inédit qui plonge le spectateur dans la vie quotidienne sous la charia au Nord Mali en 2012 et montre l'écho de la pensée salafiste en Tunisie et en Mauritanie. Le tout est entremêlé d'images de propagande de Boko Haram au Nigeria et du groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie. 

Des images et des discours crus, parfois difficilement soutenables, sans commentaire. C'était la volonté de François Margolin et Lemine Ould Salem dès le départ. Il n'a jamais été question de poser un commentaire sur leurs images ni celles de propagande qui s'entrechoquent avec les témoignages d'idéologues du salafisme. Le film-documentaire a été interdit aux moins de 18 ans, après une décision de la ministre de la Culture Fleur Pellerin, le jour-même de sa sortie. Un âge minimum qui a ensuite été abaissé à 16 ans par la justice, jeudi 18 février.

Ne pas confondre le salafisme et le jihadisme

Le salafisme est un "vaste courant" à ne pas confondre avec le jihadisme. C'est la première leçon qui ressort du documentaire, comme l'expliquent les réalisateurs. "L'écrasante majorité des salafistes est comme l'écrasante majorité des musulmans : ce sont des quiétistes pacifistes qui ne sont pas du tout partisans du jihad. Mais les jihadistes parmi eux sont les acteurs les plus médiatiques et les plus présents sur le terrain", précisait avant la sortie du film à RTL le journaliste mauritanien, Lemine Ould Salem . 

François Margolin notait néanmoins des points communs dans leur idéologie : "Ils sont contre la démocratie, ils pensent que les femmes ne sont pas l'égal des hommes, que les homosexuels doivent être lapidés, sont pour les prises d'otages et, certains, pour les égorgements".

Le salafisme, "une idéologie construite"

À lire aussi
Bébé (illustration) justice
Mort du bébé d'un couple salafiste : le père condamné à 18 ans de prison, la mère à 5 ans

Ouvrir les yeux sur le salafisme, c'est donc toute la visée de ce documentaire controversé. Les images choc de propagande ou le discours brut des penseurs de ce courant interrogés a, semble-t-il, choqué les membres de la Commission de classification des films et la ministre, mais "ça permet de réaliser ce qu'il y a en face : une idéologie construite", argumente de son côté Romain Caillet, joint par RTL.fr. 

"Comprendre ne veut pas dire justifier. Il y a une réalité qui dérange et ce film la met en exergue", insiste le spécialiste, selon qui les spectateurs, même de moins de 18 ans, sont assez intelligents pour comprendre. "Il ne faut pas prendre des gens pour des cons", déclare-t-il avant d'expliquer que c'est "dans le dogme français que de rejeter l'aspect religieux de tout". 

Les contradictions sont à l'intérieur même des discours prononcés

L'absence de contradicteur est l'un des reproches faits au documentaire. Une accusation que ses auteurs jugent infondée. Les contradictions sont à l'intérieur même des discours prononcés, mises en lumière par des témoignages d'habitants "qui ont toujours vécu dans une culture musulmane et qui voient arriver une nouvelle religion", explique le co-réalisateur Lemine Ould Salem à RTL.fr.

Les images de terreur ou d'exécutions sommaires par Daesh illustrent ce que veut dire la mise en pratique de la théorie salafiste. La cohérence voulue des discours se heurte ainsi à la barbarie des actes. Et plus généralement, les discours qui s'y opposent existent dans la vie de tous les jours en Occident, selon Romain Caillet. "Le contre-discours est partout dans les médias, les politiques, la société", argumente-t-il encore. 

"La France est dans le déni de la réalité" sur le salafisme

La décision, à l'origine, d'interdire aux mineurs le documentaire n'avait pas été vraiment comprise par les auteurs. François Margolin y voyait une "explication uniquement politique, expliquait-il à RTL.fr. On paye le fait que la France est dans le déni depuis 15 ans et encore plus depuis les attentats. On cherche à cacher que ces attaques ne viennent pas de loups solitaires ou juste d'une bande de délinquants de banlieue mais d'une fraction minoritaire de l'islam".

Une conviction partagée par Romain Caillet, pour qui ce documentaire "met en lumière la vérité des discours qui existent. C'est une forme de déni de leur existence que de l'interdire", ajoute-t-il. Surtout que les jeunes étaient justement l'un des publics ciblés par la démarche. Des débats dans les salles de classe de Seine-Saint-Denis étaient par exemple prévus, selon le réalisateur et producteur François Margolin. Lemine Ould Salem exprime lui aussi sa déception. Si ça ne tenait qu'à lui, il aurait interdit le film aux moins de 12 ans, mais pas plus car "il faut permettre aux gens de les comprendre. On ne peut pas être en conflit contre des personnes qu'on ne connait pas". 

Salafistes a été réalisé pour dévoiler la réalité de l'islamisme dont on parle beaucoup sans jamais le montrer, clament les auteurs. Il est diffusé dans deux salles parisiennes, une en banlieue et une autre en province, selon Allociné. Trop peu pour les réalisateurs, selon qui cette oeuvre deviendra "un document historique dans 10 ans".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Salafistes Cinéma Documentaire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants