2 min de lecture Roman polanski

Roman Polanski : Nadine Trintignant défend le réalisateur accusé de viol

Nadine Trintignant, mère de Marie Trintignant, actrice morte sous les coups de son ex-compagnon Bertrand Cantat, prend la défense de Roman Polanski.

La réalisatrice, Nadine Trintignant, le 5 mai 2009 à Paris (photo d'Archives).
La réalisatrice, Nadine Trintignant, le 5 mai 2009 à Paris (photo d'Archives). Crédit : AFP / Miguel Medina
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Je suis là pour défendre Roman Polanski". La réalisatrice Nadine Trintignant, a apporté son soutien au réalisateur récemment accusé de viol par la photographe française Valentine Monnier. Ces nouvelles allégations de violences sexuelles s'additionnent à une dizaine d'autres témoignages mettant tous en cause le réalisateur de "J'accuse", en salle ce mercredi 13 novembre.

Roman Polanski est considéré comme un fugitif par la justice américaine : condamné pour des faits de viol sur une mineure de 13 ans, il a trouvé refuge en Europe où il continue de tourner des films et d'être récompensé. Un succès incompréhensible pour beaucoup, mais qui, selon Nadine Trintignant est justifié. "C'est de la jalousie contre quelqu'un qui a réussi alors que c'était un petit polonais sorti du ghetto", explique la réalisatrice sur le plateau de BFM-TV.

Une position qui peut surprendre, puisque Nadine Trintignant est la mère de Marie Trintignant, actrice morte sous les coups de son ex-compagnon Bertrand Cantat en 2003. En 2018, elle jugeait "indécent" que le chanteur de "Noir Désir" fasse son retour sur scène. Pourtant, la metteuse en scène ne voit pas de la même manière la situation de Roman Polanski. Elle met d'ailleurs en doute la parole de ses accusatrices. "J'aurais plutôt tendance à le croire lui, qu'une femme qui a mis 44 ans pour le dénoncer".

Douze accusations de viols et agressions

Vendredi 8 novembre, la photographe française Valentine Monnier a livré un témoignage dans lequel elle confie avoir été frappée et violée par Roman Polanski en 1975, dans un chalet de Gstaad, en Suisse. Des faits prescrits par la justice mais qu'elle dit avoir caché trop longtemps par peur et par "déni". Dans son récit, elle raconte également avoir décidé de parler lorsqu'elle a appris la sortie du film "J'accuse". 

À lire aussi
Roman Polanski, réalisateur du film "J'accuse" Cinéma
Rennes : la projection du film "J'accuse" de Roman Polanski perturbée

Un timing que Nadine Trintignant dénonce. "Je trouve très grave de l'embêter en ce moment, alors qu'il y a une remontée de l'antisémitisme en Europe, on ne peut que le remercier de faire ce film-là", conclut-elle. 

Au total depuis sa condamnation aux États-Unis en 1977 et deux ans après les débuts du mouvement #MeToo, Roman Polanski fait l'objet d'accusations de viols et d'agressions sexuelles de la part de douze femmes différentes. Des faits qu'il continue de contester.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Roman polanski Justice Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants