1 min de lecture Épidémie

Confinement : en Seine-et-Marne, la préfecture ne réquisitionnera plus de chasseurs

Depuis le 17 mars, des chasseurs et garde-chasse patrouillaient au côté des forces de l'ordre pour faire respecter le confinement. Ce dispositif a été "retiré" et ne sera plus reconduit, a annoncé la préfecture de Seine-et-Marne ce jeudi 9 avril.

Des forces de police françaises (Illustration).
Des forces de police françaises (Illustration). Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Camille Descroix
Camille Descroix
et AFP

La préfecture de Seine-et-Marne a décidé, jeudi 9 avril, de ne plus reconduire un dispositif de surveillance des massifs forestiers du département, où chasseurs et garde-chasse patrouillaient au côté des forces de l'ordre pour faire respecter le confinement.

Le dispositif, mis en œuvre par arrêtés pour chacun des trois week-ends depuis l'instauration du confinement le 17 mars, a été "retiré" et ne sera plus reconduit, a annoncé la préfecture, évoquant des bases juridiques "fragiles".

Selon ces arrêtés, des "chasseurs et garde-chasse particuliers" étaient réquisitionnés avec pour mission de "prévenir et signaler aux représentants des forces de l'ordre toute infraction" aux dispositions prises pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, telle que l'interdiction d'accéder aux espaces forestiers.

Aucune sanction, plutôt de la pédagogie

"La préfecture de Seine-et-Marne n'a pas honte d'avoir réquisitionné une milice appelée à la délation de ceux qui enfreignent le confinement", a dénoncé l'union départementale de la CGT dans un communiqué.

À lire aussi
À partir du 1er novembre, les futurs allocataires de l'assurance chômage seront soumis à de nouvelles formules d'indemnisation. travail
Réforme de l'assurance chômage : des syndicalistes et parlementaires exigent son abandon

Pourtant, "aucun procès-verbal n'a été dressé sur la base de ce dispositif", a assuré la préfecture, évoquant seulement la possibilité par ces recrues "d'assurer une présence sur le terrain", voire de "signaler" aux forces de l'ordre qui les accompagnent, des infractions de non-respect du confinement, passibles d'une amende de 135 euros.

Les personnes réquisitionnées étaient des agents de l'Office national des forêts (ONF), de l'Agence des espaces verts d'Ile-de-France, de l'Office français de la biodiversité, des gardes particuliers assermentés (garde-chasse), et des techniciens assermentés de la Fédération départementale des chasseurs de Seine-et-Marne.

Les forestiers étaient "plus sur une mission pédagogique auprès des promeneurs mais pas une mission de verbalisation", précise l'ONF. La Seine-et-Marne est couverte par 30.000 hectares de forêts, dont 20.000 rien que pour celle de Fontainebleau, dont le pic de fréquentation est habituellement en avril et mai, selon l'ONF.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Chasse Seine-et-Marne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants