1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Tarn : pour éviter d'aller dans un Ehpad, une sexagénaire choisit une colocataire de 21 ans
1 min de lecture

Tarn : pour éviter d'aller dans un Ehpad, une sexagénaire choisit une colocataire de 21 ans

Pour retarder l'entrée en Ehpad, certains seniors choisissent la colocation avec un étudiant ou un jeune actif. C'est le cas de Françoise et Zineb à Albi, dans le Tarn.

Françoise et Zineb, colocataires intergénérationnelles à Albi, dans le Tarn
Françoise et Zineb, colocataires intergénérationnelles à Albi, dans le Tarn
Crédit : RTL / Benjamin Pelsy
REPORTAGE - À Albi, la coloc' "inter-générationnelle" entre Françoise, 62 ans, et Zineb, 21 ans
00:01:10
Benjamin Pelsy

Deux semaines après les premières révélations dans le scandale sur les Ehpad, la boîte de Pandore ne semble pas vouloir se refermer. Les témoignages s'accumulent et des dizaines de familles de résidents s'apprêtent à porter plainte pour maltraitance contre les deux mastodontes du secteur Orpea et Korian. L'Ehpad représente pour beaucoup une solution, pour ne pas dire la seule parfois. 

Il existe pourtant des alternatives, pour permettre à nos séniors de rester chez eux le plus longtemps possible. La colocation "inter-générationnelle" en est une. Il y a quelques mois, Françoise, 62 ans, a choisi d'accueillir chez elle, à Albi, dans le Tarn, une jeune marocaine, Zineb, 21 ans, qui fait ses études en France. Plus de 40 ans les séparent et pourtant, beaucoup de choses les rapprochent. 

Toutes les deux sont en colocation depuis trois mois. "Les premiers jours, j'appréhendais beaucoup", reconnaît Zineb, "parce que c'était la première fois que j'allais être avec une personne beaucoup plus âgée que moi. "Tout a glissé tout de suite. Tout a été facile", abonde Françoise. 

"C'est vraiment très fusionnel"

Atteinte de la maladie de Parkinson, elle ne peut plus vivre seule. "J'ai un traiteur qui m'amène le repas à domicile, mais Zineb ajoute sa touche personnelle avec parfois un peu trop d'épices à mon goût", explique-t-elle. "J'ai trouvé un peu instinctif de faire à manger à Françoise pour la remercier de son accueil et pour tout ce qu'elle m'a apporté également", dit Zineb.

À lire aussi


Au fil des mois, Françoise s'est transformée en une maman de substitution jusqu'à réveiller Zineb le matin. "C'est-à-dire qu'elle a des problèmes de réveil", ironise la sexagénaire. "On se parle vraiment comme mère et fille. C'est vraiment très fusionnel", admet l'étudiante. 

En ce moment, 16 colocations de ce type sont suivis par l'association Intergénérationnel 81, dans le Tarn.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en re