1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Rentrée des classes : "L’État ne peut pas inverser les responsabilités", estime la FCPE
1 min de lecture

Rentrée des classes : "L’État ne peut pas inverser les responsabilités", estime la FCPE

INVITÉ RTL - En ce jour de rentrée scolaire, Rodrigo Arenas, président de la FCPE, appelle l’État à prendre ses responsabilités dans ce contexte sanitaire, en fournissant notamment des masques aux élèves.

Sur Twitter, certains lancent des pétitions pour dire non à la prétendue vaccination prodiguée par l'Éducation nationale
Sur Twitter, certains lancent des pétitions pour dire non à la prétendue vaccination prodiguée par l'Éducation nationale
Crédit : XAVIER LEOTY / AFP
Rentrée scolaire : "l'État ne peut pas inverser les responsabilités" estime la FCPE
08:16
Rentrée scolaire : "l'État ne peut pas inverser les responsabilités" estime la FCPE
08:16
Julien Sellier - édité par Quentin Marchal

Alors que la rentrée scolaire a lieu ce mardi 1er septembre pour tous les élèves, de nombreuses inquiétudes persistent en raison du contexte sanitaire. Selon Rodrigo Arenas, président de la FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves, ndlr), l’État doit prendre ses responsabilités pour faire appliquer au mieux les gestes barrières et lutter contre les inégalités qui se sont creusées pendant la période de confinement.

Rodriguo Arenas pointe notamment du doigt la question des masques et le fait que les élèves ne s'en voient pas distribuer. "Ce n'est pas de la responsabilité des parents que de fournir des masques, tout simplement parce que nous payons des impôts pour cela et l’État ne peut pas inverser les responsabilités" a-t-il estimé. "Un masque n'est pas une fourniture scolaire et les classes doivent être à effectifs plus réduits pour permettre la distanciation sociale".

Dans le contexte actuel, Rodrigo Arenas regrette qu'"on reporte, un peu comme pour Noël, sur les parents, la nécessité de faire que cette fête (la rentrée) soit égale pour tous les enfants". Cela n'est en effet "pas une réalité aujourd'hui" selon lui car "les protocoles manquent de moyens pour pouvoir être efficaces et appliqués à égalité pour tous les enfants". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/