3 min de lecture Économie

Renault-Nissan, 1er constructeur mondial : pourquoi il ne faut pas s'emballer

REPLAY - ÉDITO - Renault est devenu le 1er constructeur mondial mais il faut regarder ça d'un peu plus prés. La France peut être fière mais doit aussi être lucide.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
Renault-Nissan, 1er constructeur mondial : pourquoi il ne faut pas s'emballer Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Eric Vagnier
Éric Vagnier Journaliste RTL

Le chiffre des immatriculations de voitures en France au mois de juillet sera publié dans la matinée du mardi 1er août. Et on s'intéressera particulièrement à Renault car le constructeur français vient de grimper sur la plus haute marche du podium : champion du monde après son titre de champion de France l'an dernier en détrônant PSA.

Alors attention, il ne s'agit pas de Formule 1 ni de rallye automobile mais de performances commerciales. Depuis le 1er janvier, c'est Renault qui a vendu le plus de voitures dans le monde : 5.268.000 véhicules fabriqués et écoulés en six mois sur tous les continents.

Ces chiffres concernent tout le groupe Renault, c'est-à-dire Renault et ses alliés, à commencer par Nissan dont Renault est l'actionnaire principal mais aussi des marques majoritairement contrôlées par le constructeur français comme Dacia ou Lada. D'ailleurs, cette première place inespérée est surtout due à l' arrivée dans l'alliance d'une nouvelle entreprise : Mitsubishi, rachetée par Nissan et donc par ricochet par Renault. Les presque 500.000 voitures vendues par Mitsubishi depuis le début de l'année sont venues se rajouter au compteur de Renault et c'est ainsi que le groupe est passé devant tout le monde numéro 1 mondial pour la première fois de son histoire.

À lire aussi
Les Français dépensent aujourd'hui trois fois plus d'argent en matériel de bricolage qu'en jardinage. économie
Bricolage : les Français s'y mettent de plus en plus

Concours de circonstances ?

Volkswagen, qui venait juste de ravir la première place à Toyota, a donc été détrôné. Mais là Renault a également profité de la mauvaise passe que traverse ces deux constructeurs : Volkswagen est enlisé dans le scandale des moteurs diesel truqués et sa mise en cause pour entente illicite avec d'autres concurrents allemands. Et Toyota est confronté depuis un certain temps à des problèmes de fiabilité sur ces véhicules, notamment avec ses airbags.

Cela ne veut pas pour autant dire que Renault est devenu numéro 1 sans grand effort. Le groupe se porte bien et s'est redressé. Il suffit de regarder ses résultats semestriels publiés la semaine dernière : chiffre d'affaire en hausse de 17%, bénéfice record de 2,4 milliards d'euros. Sa première place est tout à fait méritée. Mais il faut nuancer, il ne faut pas s'emballer. Il y a eu un concours de circonstance favorable.

Il faut garder à l'esprit que c'est plus Nissan que Renault qui tire le groupe vers le haut. De même, il ne faut pas perdre de vue non plus que cette première place est fragile. Elle n'est basée que sur les chiffres d'un semestre. Il faudra attendre la fin de l'année pour confirmer qu'en 2017 c'est bien le groupe Renault qui est en tête des ventes de voitures dans le monde, d'autant plus que Volkswagen et Toyota ne sont pas loin derrière... Ça se joue dans un mouchoir de poche entre les trois et si on prend en compte les camions, les fourgonnettes et les bus (mais on ne va pas le faire), Volkswagen reste le 1er constructeur mondial avec ses marques Scania et Man.

Mauvais joueurs

Pour Renault, c'est important d'atteindre la première place parce que le groupe a été longtemps cantonné à la 3éme place ou en dessous. C'est un signal très fort : on va maintenant jouer dans la cour des plus grands, le maillot jaune (et gris) sur les épaules. Et quand vous êtes le leader d'un secteur, vous avez plus plus de poids, vous êtes pris encore plus au sérieux par vos interlocuteurs, qu'il s'agisse de vos partenaires ou des pouvoirs publics, de la Chine ou de l'Inde par exemple. 

Volkswagen et Toyota expliquent que ce n'est plus ça qui compte, la course au nombre de voitures produites. Il vaut mieux aujourd'hui faire des efforts sur la qualité et la rentabilité, c'est à dire fabriquer moins mais mieux en gagnant plus. Mais en y réfléchissant, les concurrents de Renault disent ça sans doute par jalousie. Ce sont de mauvais perdants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Renault Nissan
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789561227
Renault-Nissan, 1er constructeur mondial : pourquoi il ne faut pas s'emballer
Renault-Nissan, 1er constructeur mondial : pourquoi il ne faut pas s'emballer
REPLAY - ÉDITO - Renault est devenu le 1er constructeur mondial mais il faut regarder ça d'un peu plus prés. La France peut être fière mais doit aussi être lucide.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/renault-nissan-1er-constructeur-mondial-pourquoi-il-ne-faut-pas-s-emballer-7789561227
2017-08-01 08:38:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/f2mjdaNlukAGcAnVYOithQ/330v220-2/online/image/2017/0602/7788806893_des-voitures-renault-illustration.jpg