1 min de lecture Coronavirus

Renault confirme la suppression de 15.000 postes dans le monde, 4.600 en France

Le constructeur automobile Renault a confirmé ce vendredi 29 mai la suppression de 15.000 postes dans le monde, dont 4.600 en France.

Le siège de Renault à Boulogne-Billancourt.
Le siège de Renault à Boulogne-Billancourt. Crédit : JOEL SAGET / AFP
Maeliss
Maeliss Innocenti et AFP

Renault, en difficulté financière, a confirmé ce vendredi 29 mai la suppression d'environ 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France (sur 45.000), dans le cadre d'un plan d'économies de plus de 2 milliards d'euros sur trois ans.

"Ce projet est vital", a déclaré la directrice générale Clotilde Delbos du constructeur automobile français, citée dans un communiqué. Renault, qui souffre de surcapacités de production au niveau mondial, avait annoncé en février ses premières pertes en dix ans, entrant affaibli dans la crise provoquée par l'épidémie de la Covid-19.

Le plan s'appuie "sur des mesures de reconversion, de mobilité interne et des départs volontaires", a par ailleurs précisé Renault. Aucun licenciement sec n'est donc annoncé.

Au total, le constructeur aux cinq marques (avec Alpine, Dacia, Lada et Samsung Motors) compte supprimer environ 8% de ses effectifs dans le monde (180.000).

Un seul site va fermer en France

À lire aussi
Un militaire australien chargé de faire un test de dépistage à une habitante de la banlieue de Melbourne, le 2 juillet. épidémie
Coronavirus dans le monde : ces endroits où les autorités reconfinent

En France, le plan d'économies de Renault ne conduira à la fermeture que d'un seul site : celui de Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne.

"Contrairement à ce qui a été écrit ici ou là, nous ne fermerons qu'un seul site à l'horizon 2022, sur nos 14 sites industriels en France, c'est Choisy pour lequel nous allons valoriser les compétences en région parisienne", a ainsi précisé Jean-Dominique Senard, président du constructeur automobile.

Et d'insister : "Ce que nous recherchons ce sont des réductions de frais de structures, ce n'est pas un plan de fermetures de sites, c'est un plan d'économie global et cohérent."

Mais le plan d'économies affectera bien d'autres sites en France, notamment celui de Flins, dans les Yvelines. L'usine de Flins, qui arrêtera la production de la Zoe après 2024, sera reconvertie et récupérera l'activité du site de Choisy-le-Roi, qui emploie 260 personnes dans le recyclage de pièces.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Renault Automobile
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants