4 min de lecture Réfugiés

Refugee Food Festival : casser les préjugés sur les réfugiés grâce à la cuisine

Dimanche 24 juin, le Refugee Food Festival investit Ground Control à Paris pour sa dernière journée. L'occasion de découvrir de nouvelles saveurs et de s'ouvrir aux cultures des réfugiés.

Le Refugee Food Festival se déroule tous les ans autour du 20 juin, journée mondiale des réfugiés
Le Refugee Food Festival se déroule tous les ans autour du 20 juin, journée mondiale des réfugiés Crédit : VASSILI_FEODOROFF
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

C'est la dernière occasion de participer à la 3e édition du Refugee Food Festival. Dimanche 24 juin, le festival culinaire s'installe à Ground Control (Paris 12e) pour faire découvrir les plats de ses chefs, lors de sa dernière journée. La particularité de ces chefs cuisiniers ? Ils ont tous fui leur vie et leur pays d'origine pour tenter de se reconstruire une vie en Europe. 

Cette initiative citoyenne a été lancée par l'association Food Sweet Food, fondée par deux trentenaires, Louis Martin et Marine Mandrila, pour qui la cuisine est un moyen de rassembler. "Tout le monde se comprend autour d'un plat", voilà la devise. Et ce festival la met en pratique, soutenu par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). C'est une collaboration entre plusieurs restaurants et des chefs cuisiniers réfugiés. Ces derniers sont invités par des restaurants pour venir proposer leur menu et les spécialités culinaires de leurs pays d'origine. 

Pourquoi un tel festival ? "Pour changer le regard des gens et mettre en avant l'humain, permettre aux réfugiés de s'intégrer dans la société d'accueil et de faire découvrir une nouvelle gastronomie", explique à RTL.fr Alban Martin, chef de projet du festival.

En France, en Europe et ailleurs

Le festival s'étend sur une semaine, toujours autour de la date du 20 juin (journée mondiale des réfugiés), pendant laquelle les clients sont invités à découvrir dans leur restaurant préféré une nouvelle carte, soit le temps d'un service, soit plusieurs. Il s'exporte partout en France, à l'étranger et même en dehors des frontières européennes (New York, Los Angeles, Cape Town). 

À lire aussi
À Lesbos, en Grèce réfugiés
Grèce : Lesbos déchirée par les vagues migratoires

Pour le choix des restaurants, ils recouvrent toutes les gammes, "de la cantine à l'étoilé", précise Alban Martin. Cette année, une dizaine de lieux ont participé à l'expérience à Paris, comme Le Ciel de Paris, Le Café du coin, mais aussi Le Taquin à Bordeaux ou encore Chez Franz à Bruxelles. Alban Martin explique que "certains restaurants laissent le chef prendre le contrôle de la cuisine, mais la plupart du temps, c'est un menu écrit à quatre mains", avec le chef invité et le chef résident. 

L'objectif : "Que le chef trouve une place dans le restaurant", poursuit-il tout en précisant que du côté des restaurants, "c'est toujours une bonne expérience" et certains y participent depuis le début en 2016. "Ils apprennent des deux côtés des techniques venues d'ailleurs".

J'ai découvert plein de choses, j'ai essayé des produits que je ne connaissais pas

Charles Neyers, chef au restaurant La Traversée
Partager la citation

"J'ai découvert plein de choses, j'ai essayé des produits que je ne connaissais pas", confirme à RTL.fr Charles Neyers, chef au restaurant La Traversée qui a participé pour la deuxième année consécutive au festival. Cette année, il recevait Haitam Karajay grâce à qui le restaurant a proposé une journée de brunchs syriens le 18 juin dernier. Résultat : carton plein pour La Traversée. Si d'habitude ils tournent à maximum quarante brunchs en deux services, lundi dernier, ils en ont servis 90. Soit plus du double. 

Les clients ont eu un coup de cœur pour le muhammara, sorte de coulis de poivrons épicés avec du pain pita. Et Charles Neyers retiendra quelques plats à proposer sur sa carte, comme les keftes de bœuf, "maintenant incontournables". Aucun doute, l'année prochaine La Traversée poursuivra l'expérience, parce que "c'est vraiment une bonne ambiance, les gens viennent pour découvrir mais aussi pour l'état d'esprit. Et en plus ça prend de l'ampleur", explique encore le chef parisien.

Cinq plats à découvrir dimanche

Dimanche, cinq chefs cuisiniers réfugiés vont prendre le contrôle des stands de la halle de Ground Control. Le stand ivoirien accueille un cuisinier mauritanien qui fera de la cuisine sénégalaise, le stand chinois accueille un chef indien, de la cuisine syrienne au stand mexicain ou encore des bouchées géorgiennes au stand italien. Et aussi les deux parrains du festival, le chef français Stéphane Jégo et le chef syrien Mohamad Elkhaldy, ancienne star de la télévision syrienne, seront aux mains du stand Résidence. 

Vous aurez droit à ces cinq plats, plus un verre de vin géorgien et un jus pour un total de 24 euros. Sachant que le total des sommes pour chaque place achetée sera versé à un foyer pour mineurs migrants isolés à Paris, la Maison rose. Des concerts et une exposition photos seront aussi proposés.

Une Résidence à l'année pour coacher les chefs réfugiés

Et comme le Refugee Food Festival ne dure qu'une semaine, à l'année, il existe la Résidence. Soutenue par les deux parrains du festival, elle propose une formation de six mois pour un chef réfugié qui va prendre le contrôle de la cuisine, avec pour commis, des réfugiés. Il va être coaché par Stéphane Jégo et Mohamad Elkhaldy pour l'aider à monter sa propre affaire dans la restauration. 

Et cette Résidence a du succès. D'après Alban Martin, l'association va continuer à la développer. Pour le moment, ils organisent des services traiteur en entreprise. Et pensent, pourquoi pas, à lancer un service de livraison.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réfugiés Solidarité Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants