1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Réforme des retraites : pourquoi les DRH craignent son retour à l'agenda
3 min de lecture

Réforme des retraites : pourquoi les DRH craignent son retour à l'agenda

ÉDITO - Selon une étude de l'association nationale des DRH, 85% d'entre eux estiment que relancer la réforme des retraites serait un frein à la reprise de l'activité.

Des manifestants contre les plans de réforme des retraites  le 29 janvier 2029 à Paris.
Des manifestants contre les plans de réforme des retraites le 29 janvier 2029 à Paris.
Crédit : AFP
Les DRH craignent le retour de la réforme des retraites
03:02
Martial You

A partir de mercredi 9 juin, il y aura un peu moins de télétravail et vous nous révélez, ce matin, une étude de l'association nationale des DRH qui montre que les Directeurs de Ressources Humaines (DRH) veulent éviter les sources de conflits au moment de repartir.
 
Les DRH ont apprécié la fluidité du dialogue social pendant le confinement : les réunions régulières avec les partenaires sociaux pour chercher des solutions à la vie quotidienne des employés, les outils comme l'activité partielle longue durée qui ont été mis en place, mais surtout 61% des DRH demandent à l'État de faire une pause dans les réformes d'ici la présidentielle.
 
Le discours d'Emmanuel Macron et de Bruno Le Maire, ces derniers jours, sur une réforme des retraites avant la fin du quinquennat les inquiète : 85% des DRH estiment que relancer la réforme des retraites serait un frein à la reprise de l'activité. Et on les comprend car on peut difficilement redémarrer avec le pied sur le frein et le frein à main et c'est ce qui se produirait si on reparlait retraites maintenant. Il y aurait de nouveau des conflits sociaux et des grèves dans les entreprises.

Laurent Berger, le patron de la CFDT trouve que ce serait une erreur. François Hommeril, le patron de la CFE-CGC n'est pas contre des discussions sur une réforme mais sur plusieurs mois, ce qui nous emmènerait jusqu'au prochain quinquennat.

Le gouvernement estime qu'on a besoin de faire cette réforme, mais en a-t-on besoin dans les prochains mois ?

Martial You

Un sondage IFOP disait que 53% des français étaient prêt à reparler d'une réforme des retraites pourtant. Au terme de ce quinquennat où on a vécu les grèves SNCF contre la réforme du statut, les "Gilets jaunes", les premiers conflits autour des retraites et la pandémie... Est-ce qu'on peut encore supporter collectivement un nouveau clivage jusqu'au printemps 2022? Je n'en suis pas certain. Surtout au moment où tous les pays repartent.

Le gouvernement estime qu'on a besoin de faire cette réforme, mais en a-t-on besoin dans les prochains mois ? Pas sûr. Et vous savez quoi ? On n'en a même pas besoin financièrement. Anaïs Bouissou a épluché les 321 pages du Conseil d'Orientation des Retraites... un document provisoire qui montre que le déficit de 2020 sera de 18 milliards au lieu des 23,4 milliards envisagés auparavant.

Il y a toujours un trou énorme mais l'urgence d'une réforme est un peu moins forte

Martial You
À lire aussi

Car la croissance est meilleure que prévue... car l'espérance de vie a malheureusement baissé ces derniers mois chez les personnes âgées en raison de la pandémie... Bref, il y a toujours un trou énorme mais l'urgence d'une réforme est un peu moins forte. Surtout qu'on s'orienterait vers un recul de l'âge du départ à la retraite et pas une réforme à points. Cela ne serait pas une réforme Macron mais une réforme Hollande. En réalité, l'urgence est politique : montrer qu'on s'est attaqué aux retraites avant la fin du quinquennat, c'est prendre le risque de mettre le mauvais carburant dans son moteur.

Le Plus : la rançon retrouvée de Colonial Pipeline

Il s'agit de cette entreprise victime de hackers, il y a quelques semaines et qui faisait courir un risque de pénurie d'essence sur une partie des États-Unis. On a appris cette nuit que le groupe avait réussi à récupérer la majorité de la rançon de 4,4 millions de dollars qui avait été versée.

La Note : 9/20 aux agences bancaires

Une étude MoneyVox/Infostat publiée mercredi a fait les comptes... Depuis 2010, 3700 agences ont fermé en France, ça représente 9% du réseau sur les 32.000 agences. Elles ne sont ouvertes en moyenne que 30h par semaine au public.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/