2 min de lecture

Radars embarqués : le gouvernement consulte pour confier les contrôles à des entreprises privées

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Pascal Praud Les auditeurs ont la parole Pascal Praud
>
Les auditeurs ont la parole du 07 avril 2016 Crédit Média : Vincent Parizot,Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Radars embarqués : les contrôles à des entreprises privées ?

Cela ne devrait pas durer : la police et la gendarmerie ne seront plus en charge des radars embarqués. Le gouvernement envisage de confier les radars embarqués à des sociétés privées. Cela permettrait, d'une part, de décharger les forces de l'ordre et, d'autre part, de flasher davantage.

Les radars mobiles, embarqués dans des voitures banalisées, sont utilisés une heure et quart par jour en moyenne. 

Cette faible utilisation tient du fait qu'un contrôle nécessite la présence de deux personnes, policiers ou gendarmes, attendus, dans le contexte actuel de sécurité renforcée, sur d'autres missions. 

"Il est inutile de monopoliser les forces de l'ordre qui sont en diminution pour la sécurité routière actuellement", estime Chantal Perrichon de la Ligue contre la violence routière. 

"Il vaut mieux les affecter à des contrôles d'alcoolémie ou à des contrôles de non-respect des stops ou des lignes continues", préconise celle-ci. 

Policiers et gendarmes ne sont pas indispensables puisque la constatation de l'excès de vitesse est effectuée par un officier de police judiciaire, à Rennes, sur un écran d'ordinateur.

L'État consulte, pour l'instant, les sociétés privées qu'il peut solliciter pour remplacer les actuels contrôleurs. 

Cette mission pourrait être confiée à des sociétés comme la SAGEM, qui gère déjà les radars automatiques, mais rien n'est encore établi. La décision sera prise après une première expérimentation, en septembre prochain.

Redoutables, les radars embarqués sont équipés de caméra infrarouges qui flashent discrètement. En 2015, un million et demi de procès verbaux ont été dressés. 

De son côté, Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, estime que la sécurité routière ne peut être confiée à une société privée qui "n'a pas pour ambition de faire de la philanthropie" mais "de la rentabilité". 


Invité des Auditeurs ont la parole à 13h05 : Me Rémy Josseaume, président de l'Automobile-Club des Avocats.

La rédaction vous recommande

Emmanuel Macron, président de la République, vous y croyez ?

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, chouchou des sondages, a lancé hier soir à Amiens "En Marche", son propre mouvement politique "ni à droite ni à gauche", au risque de semer la pagaille dans la majorité à treize mois de la présidentielle. 

"J'ai mis du temps, j'ai réfléchi, j'ai consulté, j'ai associé des gens et j'ai décidé qu'on allait créer un mouvement politique, un mouvement politique nouveau", a-t-il déclaré lors d'une rencontre citoyenne dans sa ville natale, fermée aux journalistes mais retransmise sur internet. 

Il a immédiatement précisé ne pas lancer cette initiative pour trouver "un énième candidat à la présidentielle", promettant que ce n'était pas sa "priorité aujourd'hui" même s'il n'a pas caché son intention de "construire une majorité" en trouvant un "consensus" sur des solutions qualifiées de "radicales". 

Le ministre de l'Economie, dont la popularité et les prises de position agacent à gauche, n'a cependant pas affiché son soutien au président sortant, dont il a été le principal conseiller économique entre mai 2012 et août 2014, et à ce titre à l'origine des grandes réformes économiques du quinquennat. 

Dans l'optique d'une primaire à gauche, Emmanuel Macron est le favori de l'ensemble des sondés, qui considèrent à 46% qu'il ferait un bon candidat, selon un sondage Elabe.

Emmanuel Macron président de la République, vous y croyez ?
Nombre de votes : 8721 *Sondage à valeur non scientifique
La rédaction vous recommande

Nous attendons vos commentaires.

Lire la suite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782720313
Radars embarqués : le gouvernement consulte pour confier les contrôles à des entreprises privées
Radars embarqués : le gouvernement consulte pour confier les contrôles à des entreprises privées
REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/radars-embarques-le-gouvernement-consulte-pour-confier-les-controles-a-des-entreprises-privees-7782720313
2016-04-07 10:38:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/mgyyPdriXYKQSXcDmdxrbg/330v220-2/online/image/2014/0325/7770749283_un-radar-embarque-a-bord-d-une-voiture-de-gendarmerie-le-13-juin-2013-a-saint-andre-de-cubzac-afp-nicolas-tucat.jpg