2 min de lecture Fiscalité

Quand Bercy cherche à justifier les hausses d'impôts

ÉDITO - La direction du Trésor vient de publier une étude sur le choc fiscal qu'on subi les Français entre 2012 et 2013.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Quand Bercy cherche à justifier les hausses d'impôts Crédit Image : AFP / FRED DUFOUR | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

32 milliards d'euros : c'est le montant de l'avoinée fiscale que les Français ont subie en 2012 et 2013, selon la direction du Trésor, une direction du ministère des Finances. Le Trésor se livre ensuite à une sorte de justification de l'augmentation des impôts, avec deux arguments. D'abord : les deux-tiers des mesures ont en fait été votées par la droite, avant l'élection de François Hollande. Ensuite : tout cela a permis de réduire les inégalités en France. Ces arguments n'ont aucun sens.

Oui, la droite avait décidé de hausses d'impôts avant mai 2012, comme le gel du barème de l'impôt sur le revenu. Mais ce sont des mesures qui auraient pu être remises en cause par le nouvel exécutif. François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont conservé les hausses d'impôts, annulé les baisses, et décidé de nouvelles augmentations. Politiquement, la responsabilité du choc fiscal à partir de mai 2012 leur appartient en totalité.

Croissance économique

Le Trésor nous explique qu'au total, depuis le début du quinquennat, le pouvoir d'achat des Français pauvres, qui gagnent moins de 10.700 euros par an, a progressé de 4,7% avec les redistributions. Il nous dit qu'à l'inverse, les plus aisés, qui gagnent plus de 37.000 euros par an, ont perdu 1,7%. Ainsi, 60% des Français auraient vu leur pouvoir d'achat augmenter grâce à la politique fiscale, alors que 40% (ceux qui gagnent le mieux leur vie) ont été pénalisés.

C'est au moins assez juste au plan de l'équité sociale. À la différence que le Trésor omet de prendre en compte toutes les hausses d'impôts indirects (la TVA et les taxes sur l'essence) qui, elles, pénalisent bien plus les ménages modestes et qui ont été elles aussi substantielles. Si l'on intégrait tout cela, on obtiendrait un tableau très différent : la politique fiscale serait bien moins redistributive.

À lire aussi
Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, et Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, à l'Assemblée nationale fiscalité
Impôts : 9,3 milliards de baisse pour les ménages en 2020

Ensuite, le Trésor élude les effets économiques de la hausse d'impôts. Le choc qui a été subi, et par les ménages et par les entreprises (au moins en début de quinquennat pour celles-ci, puisque la suite en a corrigé les effets avec le pacte de responsabilité), a amoindri la croissance économique française. La meilleure preuve, c'est qu'il y a près de 700.000 chômeurs de plus qu'en 2012.

Le choc fiscal a fait augmenter le chômage

La hausse du chômage ne s'explique certes pas en totalité par le seul choc fiscal. Mais cela y a contribué. Regardez la chute des emplois familiaux, comme les gardes d'enfants. Elle est consécutive à la suppression d'un avantage fiscal, suppression décidée par la gauche. Ceux qui ont perdu leur travail à cause de cela sont des victimes indirectes du choc fiscal, au bas de l'échelle sociale. Et le Trésor n'en parle pas.

Le fond du problème, c'est que ces hausses d'impôts, les plus fortes qu'on ait connues avec celles d'Alain Juppé en 1995, provenaient d'une erreur majeure de diagnostic de François Hollande et de ses conseillers économiques en 2012. C'était l'idée que, une fois Nicolas Sarkozy parti, la reprise était au coin de la rue, et qu'on pouvait donc augmenter les impôts sans crainte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fiscalité Impôts François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785137139
Quand Bercy cherche à justifier les hausses d'impôts
Quand Bercy cherche à justifier les hausses d'impôts
ÉDITO - La direction du Trésor vient de publier une étude sur le choc fiscal qu'on subi les Français entre 2012 et 2013.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/quand-bercy-cherche-a-justifier-les-hausses-d-impots-7785137139
2016-10-06 09:13:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/RI9nfKPSk7DWHlAMbFQnfw/330v220-2/online/image/2016/0621/7783770171_le-ministere-de-l-economie-et-des-finances-communement-appele-bercy-le-15-mars-2013.jpg