1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Qu'est-ce que le calendrier républicain, mis en place le 22 septembre 1792 ?
2 min de lecture

Qu'est-ce que le calendrier républicain, mis en place le 22 septembre 1792 ?

Mentionné récemment après les propos polémiques d'Éric Zemmour sur les prénoms, le calendrier républicain reste méconnu du grand public. Le 22 septembre, date de son instauration en 1792, permet de mettre en lumière un épisode de l'Histoire française.

Un calendrier (illustration)
Un calendrier (illustration)
Crédit : Pxhere
Théo Putavy

Le 22 septembre 1792, au lendemain de la proclamation de la naissance de la République, débute le calendrier républicain, aussi appelé "calendrier révolutionnaire". Entré en vigueur en octobre 1793, il remplace le calendrier grégorien - notre calendrier actuel - jusqu'en 1806 et durant une courte période de la Commune de Paris (1871). 

Ce calendrier voit le jour dans un contexte révolutionnaire et une volonté de déchristianisation, en rupture avec le calendrier grégorien. Il marque le début de "l'ère des Français". Chaque année y est découpée en douze mois de trente jours et, afin de s'aligner avec l'année équinoxiale (environ 365,242 jours), cinq jours sont ajoutés en fin d'année lors des années communes et six lors des années dites "sextiles". 

Toutefois, les Français peinent à s'habituer à la complexité de ce nouveau calendrier et Napoléon Bonaparte, qui veut faire de la religion catholique une religion d'État, décide de rétablir le calendrier grégorien à partir du 1er janvier 1806

Le calendrier républicain dans la loi de 1803 sur les prénoms

Récemment, le calendrier républicain a de nouveau été mis sur le devant de la scène médiatique à la suite des propos d'Éric Zemmour sur les prénoms. Le polémiste veut "obliger les gens à donner des prénoms français" à leurs enfants en rétablissant une loi datant de 1803. Selon cette loi, "on doit donner des prénoms dans ce qu'on appelle le calendrier, c'est-à-dire les saints chrétiens", avait-il déclaré en 2018. 

À lire aussi

Or, la loi en question permet de choisir parmi "les noms en usage dans les différents calendriers". C'est pourquoi "Germinal, par exemple, qui est issu du calendrier républicain, a connu un véritable succès au début du XIXème siècle", détaille l'Est Républicain. La loi n'avait donc pas de lien direct avec le christianisme. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/