1 min de lecture Société

Prisons : un rapport dénonce "l'omerta" sur les violences des surveillants

Après douze mois d'enquête, l'Observatoire international des prisons (OIP) a publié ce lundi 3 juin un rapport sur les violences commises sur les détenus.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Prisons : un rapport dénonce "l'omerta" sur les violences des surveillants Crédit Image : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP | Crédit Média : Julien Fautrat | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 1
Julien Fautrat et Claire Gaveau

Mettre fin à "l'omerta" et à "l'impunité". Ce lundi 3 juin, l'Observatoire international des prisons (OIP) a publié un rapport sur les violences commises sur les détenus par les surveillants. "À l'heure où les violences policières sont régulièrement pointées du doigt, rappelons qu'il est un autre espace, non public, où la légitimité de la violence étatique devrait être questionnée et où aucun débordement ne devrait être toléré : la prison", écrit Cécile Marcel, directrice de la section française de l'OIP.

Il a fallu douze mois pour réaliser cette enquête, qui s'appuie sur cent entretiens, la plupart sous couvert d'anonymat avec des détenus, avocats, surveillants, directeurs de prison, magistrats... S'il n'existe aucune donnée officielle, aucune statistique sur le sujet, l'association a voulu lever le voile sur ce tabou.

L'observatoire dénonce une "chape de plomb". "On reçoit en moyenne deux récits de violence par semaine. Il y a une espèce d'inertie de l'administration pénitentiaire et du ministère de la Justice face à ces allégations de violence", précise Cécile Marcel, au micro de RTL.

Une enquête de "victimation" bientôt réalisée ?

Et le ministère de la Justice n'a pas tardé à répondre. "Le rapport on le prend, on le lit mais on n'est pas d'accord avec tout. 'Omerta', 'impunité' et 'opacité', on n'est pas d'accord avec ces termes mais évidemment, on ne peut qu'encourager les détenus à signaler les situations", assure Youssef Badr, le porte-parole, sur RTL.

À lire aussi
Un employé de la RATP vient parler avec une personne sans domicile dans le métro, le 17 mars 2013 précarité
Paris : un sans-abri réfugié dans le métro sur cinq travaille

Dans ce contexte, l'observatoire demande au ministère d'organiser, au près des détenus, une enquête de "victimation" afin d'établir un état des lieux exhaustif de la réalité, ou non, du phénomène. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Prisons
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants