1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Présidentielle 2022 : mécontents du résultat, des étudiants bloquent l'université de la Sorbonne
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : mécontents du résultat, des étudiants bloquent l'université de la Sorbonne

Plusieurs centaines d'étudiants d'université ont bloqué les campus de la Sorbonne, à Paris, et de Nantes. En cause, ils refusent le résultat de l'élection présidentielle et le duel Macron-Le Pen

Des étudiants devant l'université de la Sorbonne, le 14 avril 2022.
Des étudiants devant l'université de la Sorbonne, le 14 avril 2022.
Crédit : JULIEN DE ROSA / AFP
Présidentielle 2022 : mécontents du résultat, des étudiants bloquent l'université de la Sorbonne
00:01:27
Micro générique Switch 795x530
Guillemette Franquet - édité par Benoît Leroy

Ils ne cessent de scander "ni Macron, ni Le Pen". Plusieurs facultés ont décidé de baisser leurs rideaux et d'organiser les cours en distanciels. Et ce, à cause des blocus organisés par plusieurs centaines d'étudiants en France.

Ce jeudi 14 avril, l'atmosphère était tendue sur la place de la Sorbonne, à Paris. En effet, au pied de la faculté historique, des gendarmes chargés du maintien de l'ordre ont subi des jets de projectiles de la part des jeunes manifestants : tables et chaises, entre autres. En réponse, les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes. Les accès de la Sorbonne, eux, ont été fermés.

Devant, les étudiants massés espéraient alors pouvoir se joindre au blocage. L'objectif de cette manifestation étudiante : dénoncer l'affiche du second tour de l'élection présidentielle opposant le président sortant à Marine Le Pen. "Emmanuel Macron évidemment que ce n'est pas la même chose que l'extrême droite. Par contre, la lutte contre l'extrême droite passe aussi par la lutte contre le gouvernement qui fait le lit de ces idées-là. C'est cela qu'on refuse", explique Marianne, l'une des étudiantes présentes au micro de RTL.

Une remise en question de l'élection, pour certains

Comme d'autres jeunes, déçus du résultat, cette dernière assure qu'elle ne se rendra pas aux urnes le dimanche 24 avril prochain. "Je refuse de devoir choisir entre Macron et Le Pen. Je pense que la meilleure réponse face au danger de l'extrême droite, c'est de se mobiliser dans nos universités", poursuit la jeune femme. 

À lire aussi

Dans la foule, certains étudiants remettent en doute la sincérité du vote. "On ne sait pas s'il y a eu ou non des fraudes. On est là pour demander l'annulation des élections", dit l'un d'eux, qui souhaite rester anonyme. Une utopie, même s'ils espèrent qu'une mobilisation populaire d'ampleur change la donne en France.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/