3 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : sécurité renforcée pour le scrutin et l'entre-deux-tours

Le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl annonce un dispositif de plus de 50.000 policiers et gendarmes, appuyés par les militaires de l'opération Sentinelle, afin de parer à toute menace lors des 23 avril et 7 mai, et entre ces deux dates.

>
Présidentielle 2017 : sécurité renforcée pour le scrutin et l'entre-deux-tours Crédit Image : Valery HACHE / AFP | Crédit Média : Guillaume Chieze | Durée : | Date :
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze et Clémence Bauduin

"Aucune menace n'est écartée." Dans un contexte de risque terroriste prégnant, le scrutin présidentiel des 23 avril et 7 mai s'accompagnera d'un dispositif sécuritaire renforcé. Le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl a annoncé, dans un entretien accordé au Journal du Dimanche et publié le 16 avril, le déploiement de quelque 50.000 policiers et gendarmes. Appuyés par les militaires de l'opération Sentinelle, ces derniers auront pour mission d'assurer la sécurité de l'élection présidentielle et d'empêcher les éventuels "débordements venant d'extrémistes de tous bords", lors du premier et du second tour, mais également entre ces deux dates cruciales de l'élection présidentielle. 

Des policiers municipaux seront également déployés selon les besoins de chaque ville. Quant aux forces d'intervention, le Raid, le GIGN (Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale, ndlr), et la BRI (Brigade de Recherche et d'Intervention, ndlr); elles sont en état d'alerte pour intervenir immédiatement en cas d'attaque. 

Objectif affiché par le ministre : "Permettre au suffrage universel de s'exprimer librement et sereinement". La menace terroriste est "permanente et de haut niveau, comme en atteste la multiplication des actes à LondresStockholm et ailleurs", rappelle-t-il, en affirmant que "19 interpellations antiterroristes" ont eu lieu en mars en France, placée sous l'état d'urgence depuis les attentats jihadistes de novembre 2015 qui ont coûté la vie à 130 personnes et fait plus de 300 blessés. L'attentat perpétré jeudi 20 avril dernier sur les Champs-Élysées n'a fait que confirmer la menace qui pèse sur le pays. 

Une sécurité en ligne comme dans les rues

Le dispositif de 50.000 officiers de police et de gendarmerie permettra de sécuriser l'ensemble des 67.000 lieux de vote. "J'ai adressé en ce sens une circulaire à l'ensemble des préfectures tant sur les mesures de prévention à prendre que sur les éventuelles interventions en cas de difficultés", développe Matthias Fekl dans Le JDD. Parmi elles : restreindre le nombre d'entrées dans les bureaux de vote ou encore privilégier les patrouilles de police dites dynamiques autour des bâtiments. 

À lire aussi
François Fillon et son épouse Penelope en mars 2017 justice
Les infos de 7h30 - Après un faux départ, le procès des époux Fillon s'ouvre ce mercredi

Face aux risques de mobilisation que pourraient susciter les résultats, comme la présence de Marine Le Pen pour le second tour, le ministre de l'Intérieur appel au respect du choix démocratique. "Quel que soit le scénario, la République ne saurait tolérer des troubles à l'ordre public", affirme-t-il. "Il peut y avoir des débordements venant d'extrémistes de tous bords. Mais nous envisageons aussi de fortes mobilisations citoyennes et sincères dont il faudra assurer le bon déroulement", explique-t-il.

La sécurité devra également être à la hauteur pour la transmission des résultats, dont Matthias Fekl assure qu'elle a été renforcée afin d'éviter tout piratage informatique. "Nous avons travaillé avec l'Anssi (Agence nationale de sécurité des systèmes d'information) pour mettre en place un système fiable. Le 31 mars, ce système a pu être homologué. Tous les résultats seront centralisés au ministère de l'Intérieur, et authentifiés", promet-il, rappelant que, pour les législatives qui se dérouleront les 11 et 18 juin, le vote électronique des Français de l'étranger a été annulé "car les conditions de sécurité n'étaient pas réunies".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Ministère de l'Intérieur Ministre de l'Intérieur
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants